Une transition, une vie, dans un environnement stable

28 mars 2014 | Tags: , ,

femme-confiance-feminiteLes personnes transidentitaires en début de questionnement me demandent assez souvent comment réussir leur transition.

Ma réponse est simple et toujours la même : construit toi un environnement stable autour de toi.

Le plus souvent, la personne reste sur sa faim car elle ne matérialise pas ce qu’elle doit concrètement faire, me parle d’un zillion de trucs qui ne marchent pas dans sa vie, etc.

A mon humble avis, avoir un environnement stable autour de soi passe par deux points fondamentaux :

1- apprendre à ne pas réagir émotionnellement de manière excessive lors de situations délicates que l’on ne contrôle pas.

C’est d’autant plus important à s’y entrainer, que le THS modifie nos émotions. On relira à ce sujet la technique que j’utilise avec succès depuis quelques mois, autour du lâcher prise.

2- apprendre à chérir sincèrement les choses, les personnes que l’on ne peut pas nous enlever, et uniquement ces choses ou ces personnes-là.

En lisant une référence ce matin qui aborde ce sujet dans un contexte très différent (la gestion d’une entreprise), je réalise aussi que c’est une approche pragmatique de Stoïcien.

Ne pas réagir de manière excessive, quelque soit la situation.

Ne pas s’attacher aux choses matérielles et vivre avec peu mais surtout bien entouré-e.

Et tout cela nous rend serein même en pensant au pire. même dans des situations très complexes.

Et que cette approche, chacun-e d’entre nous pourrait en faire son cadre de vie.

Et le préserver, surtout après la transition, dans sa zone de confort.

Je me dois d’insister sur cette dernière remarque.

Un événement récent très personnel vécu avec une sœur très proche me fait prendre conscience qu’une zone de confort reste quelque chose de très instable.

Que nos vies restent très particulières.

Que la transidentité se rappelle à nous à chaque instant de nos vies (émotions, hormones, outings, dilatations, relations avec les proches, …), même lorsque l’on pense avoir définitivement tourné la page.

Ces deux points fondamentaux, ne pas réagir de manière excessive et prendre soin de ce que l’on chéri, mon amie doit en prendre conscience pour ne pas se perdre.

Et je souhaite vivement à chacun-e d’entre nous, de construire cet environnement stable et de vivre épanouie auprès des personnes qui nous aiment et que nous aimons.

Julie, peace girl


(billet initialement publié sur mon blog perso)

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
De l’art de ne pas afficher sa transition
Cet article ne se veut pas donner une procédure ou des règles du pourquoi ni comment ne pas afficher sa transition, mais porter à réfléchir sur notre parcours. Alors que personne ne savait pour ma double vie (travestie, transgenre), il était devenu très important pour moi d'être visible. ​Il me fallait des heures de préparation pour être parfaite, des heures pour prendre des photos afin de ne sélectionner que les meilleures poses, les meilleurs sourires et gagner le concours (pardon? quel ...
LIRE L'ARTICLE >>
Cube © Metropolitan FilmExport
Je ne parlerai pas du cocon familial incluant le/la conjoint-e et les enfants, le sujet étant très vaste et très complexe. Il dépasse très largement ce que je souhaite aborder au travers de cet article. Il s'agit bien entendu d'une dimension de la transition, mais du fait de sa complexité et de ses implications, il ne m'est tout simplement pas possible d'en parler ici sans tenter de tenir compte de chaque cas particulier, d'autant que tou-te-s les trans' ne sont ...
LIRE L'ARTICLE >>
Mode d’emploi d’une transition (FtM ou MtF) rapide et réussie !
Comme beaucoup de copines et copains trans un peu impliquéEs dans la communauté, depuis quelques mois je reçois assez fréquemment des messages de personnes en questionnement transidentitaire (quasiment que des MtF mais pas que), qui cherchent des informations pour construire leur parcours personnel. La principale et récurrente étant en résumé "peux-tu me dire comment transitionner ?" Mais voilà, comme je suis bien connue pour être une donneuse de leçons, je ne me contente pas de donner une check-liste ou un mode ...
LIRE L'ARTICLE >>
Transition… Du verbe transiter… Se déplacer… Se mouvoir… L’Evolution
Ce matin, au fil d'un échange, le mot transition a été évoqué dans son sens le plus large et m'amène à cet article afin d'éclairer quelques lanternes. La transition pour nous qui sommes ou avons été dans un mouvement "Homme vers Femme", ou "Femme vers Homme" a un sens fort et que nous nous sommes approprié-e-s du fait qu'il résume bien tout ce que nous faisons pour nous retrouver nous mêmes. On en arrive même durant cette période critique, tellement nous ...
LIRE L'ARTICLE >>
Lacher prise, être soi-même !
A la lumière de certains événements récents et pour rebondir sur certaines de mes lectures (Emma B. notamment se reconnaitra), j’ai réalisé qu’il y a une très grande différence entre laisser courir et lâcher prise. Laisser courir, cette forme d’abandon face au combat, c’est permettre l’existence de peurs et de luttes qui limitent nos possibilités, nous asservissent et nous font renoncer à être nous même. Laisser courir, c’est abandonner, renoncer devant les difficultés, réduire notre vie, rester emprisonné de nos croyances et ...
LIRE L'ARTICLE >>
Carolyne TeeGee.
C'est compliqué de se souvenir, au fur et à mesure que le temps poursuit son oeuvre d'érosion ... On mélange les dates, les lieux, tout se confond plus ou moins dans les limbes de la mémoire, on se revoit il y a 30 ans avec le visage d'aujourd'hui, on a tendance à enjoliver les choses ou à les sublimer... Pas facile, mais je vais essayer d'être la plus proche de la réalité de l'époque. Visualiser ce texte sous Google Docs >>> Télécharger ce ...
LIRE L'ARTICLE >>
Un petit guide de transition très bien fait, réalisé par l'association Trans Aide.
LIRE L'ARTICLE >>
Jenny témoigne de sa décision d’entamer une transition MtF
D'origine anglaise, j'habite en France à Saint Malo depuis quinze ans et je viens de décider d'entamer une transition MtF. Voici une petite vidéo pour présenter ma décision. Avant de me lancer sur cette transition irréversible, j'ai considéré toutes mes options. Même si je sais que je me sens femme, une transition c'est pour la vie et c'est plus compliqué que de juste prendre des hormones ou faire des séances laser. D'après moi le succès d'une transition dépend d'abord de la qualité ...
LIRE L'ARTICLE >>
Début des démarches pour effectuer une transition
J’ai entrepris mes démarches pour commencer ma transition. Pour ce début, cela a commencé par la collecte d’information sur différents sites, de discussion avec des personnes sur le net ou que je côtoie ou bien aux conviviales du centre LGBT de Nantes et l’échange d’informations avec d’autres filles qui comme moi veulent débuter une transition ou l’ayant effectuée. Une fois les renseignements pris, je décide de m’orienter sur un parcourt hors équipe officiel style GRETIS. Car je me rends compte ...
LIRE L'ARTICLE >>
40 ans de transition ? Quand une oisillonne apprend à voler
Si je puis dire, ma transition a débuté il y a plusieurs années, entre mes 13 et 15 ans. Aussi, je n’ai plus aucun souvenir de cette prise de décision. Je ne me rappelles même plus dans quelles conditions, j’ai pu la prendre. Et je n’ai pas souvenir d’avoir eu une quelconque pression de la part de mes parents et de ma famille. Tout ce que je peux me rappeler est que j’avais conscience que ce désir était plutôt subversif ...
LIRE L'ARTICLE >>
De l’art de ne pas afficher sa transition
La transition, une notion multidimensionnelle
Mode d’emploi d’une transition (FtM ou MtF) rapide et réussie !
Transition… Du verbe transiter… Se déplacer… Se mouvoir… L’Evolution
Lacher prise, être soi-même !
[Concours Txy 2012] “Transition” par Carolyne TeeGee
Trans Aide – Guide de Transition
Jenny témoigne de sa décision d’entamer une transition MtF
Début des démarches pour effectuer une transition
40 ans de transition ? Quand une oisillonne apprend à voler

7 responses to Une transition, une vie, dans un environnement stable

  1. Chloé Tigre Rouge a écrit le 28 mars 2014

    Yo.

    Amen.

    Rien de plus à dire.

  2. Clarisse a écrit le 28 mars 2014

    Chère Julie
    ce que tu nous proposes est infiniment généreux, et tu as raison de privilégier l’ anticipation sage et pacifique.

    Cependant , je pense qu’ il nous faut devoir nous attendre à toutes sortes de réactions, toutes sortes de conséquences , et les appréhender nécessite beaucoup d’ énergie , de persévérance et de courage, et cela , même au sein de notre communauté, et de façon parfois absolument ahurissante …!

    Ce qui apparaît en premier chef vital, c’ est de savoir se préserver , en sachant garder sa source de revenus, c-à d son
    travail, coute que coute .Oui, savoir serrer les dents et avaler sa salive , et parfois indéfiniment…..

    Pour ce qui est de la dimension sociale, relationnelle, et tout particulièrement amicale et affective, tout faire pour se les construire et préserver, mais en sachant que c’ est ici que se situe le plus souvent le coeur du volcan potentiel , et dont il importe de ne pas ignorer ses souvent si fréquentes éruptions , surtout en ce qui concerne nos incontournables évolutions .

    Prévoir donc sans aucun angélisme ni pessimisme outrancier ce que nous allons devoir vivre, connaître, et affronter .

    Enfin, parce que ce qui nous est alors donné à vivre relève parfois du défi aux aspects et conséquences extrêmement difficiles, compliquées ainsi que hautement douloureuses et déstabilisantes à surpasser au prix d’ efforts surhumains , l’ aide et l’ apport d’ une ou plusieurs thérapies ne sont pas un luxe où une simple lubie intellectuelo- hystérique , mais bien le garant d’ une accroche et d’ un indispensable ” outil ” fiable “, donnant la clef du surpassement apparement insurpassable au préalable …

    Et avec lui s’adjoint une authentique aventure bellement époustouflante de nous même , à jamais épuisée .

    Te souhaitant plein bonheur et succès dans ton cheminement , dont je me réjouis de te le voir si serein, je t’ embrasse .

    • AlexMec a écrit le 28 mars 2014

      Enfin, parce que ce qui nous est alors donné à vivre relève parfois du défi aux aspects et conséquences extrêmement difficiles, compliquées ainsi que hautement douloureuses et déstabilisantes à surpasser au prix d’ efforts surhumains , l’ aide et l’ apport d’ une ou plusieurs thérapies ne sont pas un luxe où une simple lubie intellectuelo- hystérique , mais bien le garant d’ une accroche et d’ un indispensable ” outil ” fiable “, donnant la clef du surpassement apparement insurpassable au préalable …

      Effectivement. Pour moi, c’est un énorme soutien de savoir que tous les 15 jours, pendant 1/2 heure, j’ai le droit de déballer tout ce que je veux sans avoir à me soucier de l’effet que ça peut avoir sur la personne en face, mais tout en sachant que ladite personne écoute vraiment et n’hésitera pas à poser des questions désagréables si besoin est. C’est le seul moment et endroit où je peux enfin et réellement me mettre moi-même, et moi seul si j’en ai envie, en priorité. C’est une soupape de sécurité d’une importance inestimable pour moi.

  3. AlexMec a écrit le 28 mars 2014

    Heh 😛 Moi je ne sais pas ce que c’est qu’un environnement stable. Je n’ai jamais eu ça, et bien que je m’y efforce, je ne sais pas si j’arriverai jamais à avoir ça. L’avantage, c’est que du coup ma transition, je la fais tout bêtement comme je fais tout le reste: au petit bonheur la chance 😀 Mais je l’avoue, ce n’est pas une méthode que je recommanderais à la plupart des gens 😛 La Méthode Julie me parait beaucoup plus sage!

  4. Phlune a écrit le 28 mars 2014

    Ce sont les situations exceptionnelles, et non les plus communes, qui peuvent révéler l’universalité des principes, et l’inanité des habitudes et des croyances, (qui sont seulement “générales” et toujours reversibles en barbarie, pour peu que la panique s’en mêle …)

  5. Rayma a écrit le 29 mars 2014

    Personnellement je ne suis pas tout à fait d’accord avec ça. Si tu avais écris savoir mettre de l’eau dans son vin j’aurais pu trouvé ça bien en rapport avec l’article. Perso je suis quelqu’un de très très calme qui sais chérir ce qu’elle aime. Il faut vraiment me pousser à bout pour que je finisse par me défendre. Je pense avoir les deux qualité dont tu parles mais je n’ai pas pour autant un environnement stable. Je pense qu’on a effectivement une influence sur son environnement mais parfois y a des choses que l’on ne peut influencer. Pour moi ça viens ton environnement stable passe par l’amitié, l’amour, le travail, l’argent, l’entourage, et la santé.

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -