Amitiés, méfiance…

10 mai 2014 | Tags:

Curieuse manie que développe quasiment systématiquement l’être humain moderne, à avoir une capacité très limitée, quand il s’agit de conserver un intérêt pour quelque chose ou quelqu’un dans la durée.

En effet, et nous ne dérogeons pas à la règle, nous, les “T”.

Maintes fois, j’ai entendu toute sortes de discours fédérateurs, articulés autour du fait que lorsque l’on vivait des expériences similaires, et que par conséquent des liens (obligés ou non) se créaient, cela mettait en place un climat propice à des amitiés bien réelles et résistantes à toutes les agressions auxquelles elles pourraient faire face.

et bien, cela est très largement faussé. Pas complètement, mais majoritairement.

Les gens d’aujourd’hui ne savent plus ce que partage signifie. Je ne parle pas de partage au niveau matériel. Mais bien d’échanges entre personnes, de sentiments, conseils, écoutes et que sais-je encore.

maxresdefaultUn ramassis de suiveurs, silencieux, avançant dans l’ombre, incapables de la moindre empathie. On leur doit tout, mais ne sont capables de rien en retour…

Ok, cela n’est pas encourageant me direz-vous. Pas complètement faux. Mais le but de cet article est de mettre en lumière ce genre de comportements très largement répandus dans la population, et capable de faire éormément de mal.

Préservez vous de ça et ne vous attachez qu’avec des personnes de confiance, évaluées sur la durée, pour éviter les déboires qui pourraient en résulter.

Pour terminer sur une note plus gaie, les gens biens existent, j’en côtoie beaucoup alors tout n’est pas perdu, Méfiance reste le mot de rigueur sans en abuser bien entendu.

Sachez juste une chose, l’amitié, c’est donnant donnant. Sans quoi, ça ne dure pas.

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Fille ou Garçon mon sexe n’est pas mon genre
Réalisateur : Valérie Mitteaux Producteurs : ARTE FRANCE, OSTINATO PRODUCTION, CHAZ PRODUCTIONS Ils sont nés femmes mais vivent aujourd’hui comme des hommes. Portraits croisés de quatre "transboys" ou trans' FtM. Kaleb a une trentaine d’années. Après avoir fait le choix de "transitionner" (passer du féminin au masculin), il participe à des ateliers pour s’approprier sa masculinité. Lynn, lui, n’a jamais suivi de traitement hormonal. Il s’est autoproclamé "homme" et le revendique dans un one-man-show. Miguel, qui a collé des photos du temps où il s’appelait ...
LIRE L'ARTICLE >>
Coucou, Je voudrais aborder ici le sujet délicat de la vie de couple quand on est transgenre (j’aime pas travestie), je sais aussi que ce sujet a déjà été abordé, je ne vais donc, ici, apporter que ma vision du sujet en restant le plus neutre possible. Il y a, me direz vous, une solution [...]
LIRE L'ARTICLE >>
11 aout 2013 – Juste pour le plaisir
Lors de la réunion de dimanche dernier, j'avais émise l'idée d'organiser un autre moment de rencontre et de partage en aout. même si je sais que certaines sont en vacances , il y en a aussi plein (et j'en fait partie ) qui ne partent pas ! Donc, je propose que l'on se retrouve le 11 aout à partir de midi pour un barbecue partage à la maison. Celle qui connaissent, pas de soucis, pour les autres, laissez moi un message ...
LIRE L'ARTICLE >>
Venez boire à cette source
« La grande affaire et la seule qu’on doive avoir, c’est de vivre heureux.  » Voltaire. Bien sûr, au 17 éme siècle on pensait au bonheur. Il me plait à imaginer que bien avant, Platon, les Sophistes, Descartes, avaient eux aussi leurs théories. Et si selon le psychiatre Christophe André dont les Thérapies comportementales et cognitives démontre qu’il faut s’entraîner pour être heureux. Qu’il faut faire de la place pour le bonheur. Et aussi savoir le reconnaître. J’avais juste envie ce soir d’y jeter ...
LIRE L'ARTICLE >>
Trans 3.0 – point de situation
Hello les meufs et les keums (je sais pas si ça s'écrit comme ça), Sur le site 3.0, vous trouverez le compte-rendu de la dernière réunion qui s'est tenue le 15 juin. C'était une réunion importante parce que nous avons fait un premier bilan. Il y a des éléments qui pourraient intéresser Txy et j'aimerais bien avoir l'avis de Julie (sur l'ouverture d'espaces "projets" et pas mal d'autres trucs qui pourraient se faire en commun avec Txy). Voili voilou ! Si vous avez ...
LIRE L'ARTICLE >>
L
Texte écrit pour une amie bio. les formes, illes ne se basent que sur les formes pour définir si tu es bonne. illes ne se basent que sur la forme de ta raison pour définir si tu es bonne au lit. illes ne se basent que sur ton allure, pour définir qui tu es. mais sur le fond, sont-illes capables d'aller au-delà pour voir ta peine. mais sur le fond, sont-illes capable de voir en toi pour voir que toi aussi tu as besoin d'amour. l'amour, ...
LIRE L'ARTICLE >>
En Suisse, le chômage est six fois plus élevé parmi les trans
Pour la première fois, une enquête examine la situation des personnes transgenre sur le marché du travail suisse. Elle souligne le risque de déclassement qui accompagne le coming-out et la transition. Si l'on en croit la projection la plus courante, on compterait 40'000 personnes transgenres en Suisse. Une population mal connue, particulièrement quant à leur situation sur le marché du travail. Sur un échantillon modeste, 35 personnes, Transgender Network Switzerland (TGNS), organisation faîtière des trans suisses, a réalisé une toute première ...
LIRE L'ARTICLE >>
Discriminations manifestes à Carré Annexe avec leurs soirées « Ladyboy »
Nous nous faisons l'écho d'un message envoyé par L’ Association des Transgenres de la Côte d’Azur (ATCA). L’ Association des Transgenres de la Côte d’Azur a été avertie des démarches publicitaires de la discothèque le Carré Annexe sur leurs soirées « Ladyboy ». Le style des textes choisi par la direction de cet établissement « Transgenre ne caches pas ton genre », « Toutes les ambiguïtés sont les bienvenues », « soirée talons » est orienté de curieuse manière. Au lieu de proposer ...
LIRE L'ARTICLE >>
Y’a-t-il un lien entre Autisme et Dysphorie de Genre ?
Traduction, par mes soins, de l'article "Is There a Link Between Autism and Gender Dysphoria?" publié le 13 septembre 2013 sur le site web du Huffington Post et écrit par Kyle Simon (co-fondateur et vie-président du Family Autism Center). L'original se trouve à l'adresse suivante : http://www.huffingtonpost.com/kyle-simon/is-there-a-link-between-autism-and-gender-dysphoria_b_3896317.html Quand on parle d'autisme, on cite presque toujours des statistiques. Et le chiffre ayant trait à l'autisme le plus communément jeté en pâture de nos jours est celui que les garçons sont quatre fois plus susceptibles que le filles d'avoir ...
LIRE L'ARTICLE >>
Nouveau Tchat
Coucou, Je viens de faire les premiers tests en live pour un nouveau Tchat plus interactif à la manière de Facebook. Vous pouvez le trouver en bas à droite de toutes les pages du site Txy. Il est basé sur un plugin et un service proposé par Envolve, opérateur qui gère déjà plus de 50.000 chats sur internet. D'une façon générale, je n'aime pas trop apporter des changements sur le site(°) car cela perturbe pas mal de personnes et l'objectif du site ...
LIRE L'ARTICLE >>
Fille ou Garçon mon sexe n’est pas mon genre
Vie de couple
11 aout 2013 – Juste pour le plaisir
Venez boire à cette source
Trans 3.0 – point de situation
L
En Suisse, le chômage est six fois plus élevé parmi les trans
Discriminations manifestes à Carré Annexe avec leurs soirées « Ladyboy »
Y’a-t-il un lien entre Autisme et Dysphorie de Genre ?
Nouveau Tchat

25 responses to Amitiés, méfiance…

  1. Julie Mazens a écrit le 10 mai 2014

    Je plussoie.

    Ça me rappelle un billet que j’avais écrit il y a déjà fort longtemps, du temps où je croyais encore sincèrement possible une amitié et du partage dans cette communauté. Cf http://www.txy.fr/blog/2012/07/21/lesprit-txy/

    J’ai bien déchanté depuis. Mais comment en vouloir, nous avons tou-te-s des vies si difficiles, des parcours si compliqués, des transitions rendues chaotiques par un environnement incertain, et tant de transphobie en nous.

    • Anna Tiger a écrit le 11 mai 2014

      transphobie en nous?

      • Claude a écrit le 11 mai 2014

        Oui la transphobie intériorisée.
        Comme il existe l’homophobie intériorisée chez les homos.

        Auto-discrimination, haine de soi, mais aussi haine de l’autre trans en face de soi.
        Par exemple en cherchant à imposer sa propre vision, alors qu’il n’y a pas une transidentité mais des transidentités.

  2. Ester a écrit le 11 mai 2014

    Les échanges sur internet restent virtuels pour la plupart. Cela fausse d’entrée de jeu beaucoup de choses. Seulement, par défaut, on a tendance à faire confiance, jusqu’au moment ou quelque chose remet en cause cette confiance. C’est dans cette phase qu’il faut rester prudente. Je crois aussi beaucoup que d’échanger, surtout par “tchatt” fausse la communication parce qu’on ne voit pas la personne.
    Je suis depuis trés longtemps sur internet, j’ai été sur de nombreux forums et régulièrement j’ai vu des “amitiés” (=relations internet) s’abîmer et mal tourner. Dans ces conditions il faut alors relativiser les choses, parce que sinon, au bout d’un moment ces évènements stériles vous découragent. D’ailleurs si on emploie le mot Troll pour désigner tous ces parasites qui n’ont pour seul raison d’être que de semer la zizanie, voire de faire couler carrèment certains sites, c’est bien qu’ils existent.
    Il est possible que le petit monde trans* soit sujet aux problèmes évoqués par Julie puis Claude et que ça ajoute encore aux difficultés.

    • Julie Mazens a écrit le 11 mai 2014

      tout ce que tu dis est vrai et vécu trop souvent sur internet. la vraie amitié ne se vit pas par facebook interposé.

      je pense que Bérénice fait référence à du vécu dans la vraie vie. j’ai moi-même eu quelques déboires.

      bises

      ps: j’espère que ton voyage à Istres se passe bien !

      • Bérénice a écrit le 11 mai 2014

        Bien vu Julie. Nous pensons toute les deux a des personnes que nous avons connues en de mêmes lieux et temps, j’en suis certaine.

      • Ester a écrit le 11 mai 2014

        Bonjour Julie,
        Je te comprends.
        Mon séjour a Istres chez mes amies se passe trés bien. Nous nous connaissons depuis plusieurs années, j’ai assisté a leur mariage. Mariage qui a eu lieu avant la nouvelle loi du mariage.
        Bises

  3. yukarie a écrit le 11 mai 2014

    puisque tu fais référence à un discours spirituel, Julie, j’ajouterai ma sauce en disant qu’il vaut mieux chercher la fraternité que l’amitié, car nous attendons trop de l’amitié, alors que nous sommes capables de donner sans attendre en retour dans la fraternité.
    “Le véritable ami est celui qui peut donner sa vie pour vous” (P. Rajagopalachari)
    Qui en est capable en ce monde, à part des êtres d’exception … et une mère ?

  4. Alexandra G. a écrit le 11 mai 2014

    il est vrai que l amitié sincere entre femme trans est compliquée,voir ephemere,ce que je trouve dommage
    beaucoup aime etre ecouter,epauler,mais sans retour chez certaines,ce qui est mon cas et je trouve cela triste,il faut bien au contraire,enfin je pense ,etre ouverte au autres et regarder plus loin que le bout de son nez
    ,ce n est pas une question de transidentitée,mais simplement une question de personne,on est ouvert aux autres ou pas
    les copines nous connaissent et savent ,enfin j espere,que l amitiée que l on donnent est sincère, nous aimons le peut d amies que l on as,car ce sont de grandes et belles dames
    chacunes ont un parcours different,difficile,compliquer,certaines ont plus de facilités a parler de leurs vies,de leurs ressentits, d autres reste dans l ombre car elles ne sont pas sur d elles et toujours en interogations, ce qui est mon cas
    je pense qu il fait de tout pour faire un monde,sinon la vie serai monotone
    nous sommes toutes des T,hormonées ou pas ,nous avons toutes nos problèmes,nos vies si différentes,et surtout les budgets différents,
    conclusion,l amitiée sincere existe bien entre T ,il suffit de s ouvrir aux autres

    • Ester a écrit le 11 mai 2014

      Bonjour Alexandra,
      Je partage ton opinion et je trouve que tu exprime bien ce qui est important.
      Bises Ester

      • Alexandra G. a écrit le 12 mai 2014

        merci de ta reponse ester,je pense que la vie est courte pour se chambouler la tete,je l ai apprise il y as peu de temps,je vis avec ma famille , mes amis et amies qui m apprecie pour la personne que je suis
        decu par certaines personnes T et non T,malheuresement,qui on besoin et hop ensuite plus personne,
        mais c est comme ca la vie continue
        comme l on dit toujours,les vraies amies tiennent sur les doigts d une main,ce qui est vrai, et je pense que toutes avons eu des déceptions,c est le propre de l homme ou la femme

  5. Johanne a écrit le 11 mai 2014

    Pour ceux et celles qui doutent de la bonté de l’être humain, je conseille de lire ” Plaidoyer pour l’altruisme” de Matthieu Ricard.

  6. Dominique Menezkaer a écrit le 11 mai 2014

    Je crois que les relations entre personnes trans ne sont ni plus ni moins difficiles que les relations entre personnes en général.
    Le fait d’avoir en commun “d’être trans” rapproche les gens, mais comme on attend beaucoup (trop) de ces relations ‘”dans la communauté” du fait de notre isolement, on s’expose à être déçu-e… comme dans n’importe quelle relation humaine dont on attend beaucoup (trop).
    C’est la vie… Personnellement j’ai la chance d’avoir quelques bonnes copines, des relations qui durent depuis une quinzaine d’années.
    Ce qu’a écrit Bérénice pourrait avoir été écrit par des tas de personnes non trans seules dans la vie et qui sont déçues par des relations….

    • Bérénice a écrit le 11 mai 2014

      C’est bien dans ce sens que j’ai écrit ce texte. Les personnes qui me connaissent savent que je ne faisaucune différence entre les êtres humains. Je répète assez souvent, à l’atelier narratif, que nous ne sommes pas différent(e)s des autres êtres humains.
      Il a été maladroit de ma part de citer la communauté en début d’article, mais nous sommes sur un site communautaire et il me semblait approprié de citer les T pour avoir un (même très fin) fil conducteur.

  7. Barbara Alie a écrit le 11 mai 2014

    Coucou Bérénice…ton article me parle vraiment, surtout car je déteste la solitude!!! J’ai toujours rêvé de sortir de mon isolement avec mon “coming-out”.
    Par contre, je ne me fais pas d’illusion en attendant beaucoup de ces relations ‘”dans la communauté” ou même “hors la communauté” et je crois même que une partie du problème viens même de nous, mais bref!!!
    En tout cas, il faut continuer à s’exposer, à chercher car la fin je en suis sur qu’un moment nous allons trouver de vrais amies !
    Je vois cela un peu comme quand je suis arrivée en France et le gens me disait, regarde il/elle vient de ton pays aussi, vous aller pouvoir profiter ensemble….mais nonnnn, l’amitié ne marche pas vraiment comme cela et aujourd’hui mes contacts plus proches sont toujours des Français.
    Un gros bises, et tu as mon amitié (même si je suis super compliquée hihihi)

  8. florence varin a écrit le 11 mai 2014

    bravo Bérénice
    jolie texte.
    Nous sommes effectivement compliquée mais pas plus que mon voisin de palier ou ma voisine ou etc….. l’amitiée ce construit doucement et dans le temps par des dons de soit. souvent dans notre milieu T mais aussi et en faite partout ailleurs les cents aime parler d’eux et encore d’eux sens prendre le temps d’écouter l’autre . Nous avons besoin de nous exprimer de parler de notre souffrance encore et encore. Mais ci tous simplement et avec beaucoup de simplicitées nous recevions en nous, l’autre, fessons lui de la place . Un jour une amie à écrie un livre le titre “Dieu est ‘il bien en moi “il fallait lire Dieu ce trouve t’il bien en moi.je veux que mes amie(ies) ce sentent bien en moi, Bref j’ait plus envie de vous écouter que de parler de moi, car j’ait rien a vous apprendre sur le sujet par contre vous oui. le lien fédérateur T peut être constructif comme destructeur alors oui Bérénice tu as raison méfiance sourire bonne journée a vous toutes et tous

  9. yukarie a écrit le 11 mai 2014

    A la réflexion, quand je vois le sujet de ce topic et les réponses , je me dit que c’est tout à fait un sujet et des réponses que l’on pourrait trouver dans un forum pour adolescent⋅e⋅s.
    Pourtant la plupart d’entre nous sommes sensé⋅e⋅s avoir dépassé ce stade depuis longtemps.

    Il faut croire que la transidentité, c’est justement ce que l’on dit souvent : vivre une deuxième adolescence ! ….

    Cette fois pourtant avec l’expérience de l’adulte.
    Un remake plus approfondi, vécu en conscience.
    Pourtant, on retrouve bien les mêmes besoins du groupe, des amitiés, on se confie.
    Nous faisons preuve de la même naïveté …

  10. Naomi a écrit le 29 juin 2014

    J’ai perdu beaucoup d’ami(e)s dans ma vie et j’ai souvent eu le sentiment de les perdre car justement ‘étais trop éteinte en société.
    De ce fait les gens se sont lassé et sont partis
    Mais j’ai encore envie d’y croire moi à l’amitié nouvelle ET véritable… Vous êtes un peu dures la non?

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -