T comme Transcendance ( et Dieu dans tout ça ? )

23 mai 2014 | Tags: , , ,

transidentite-spiritualiteY a-t-il une spiritualité Trans ? La question est épineuse et sans doute mal posée. Il serait judicieux de se demander quelle est la place de la transidentité dans la spiritualité, à savoir : les religions, les mythologies et cosmogonies existantes ou ayant existé.

Bien que le dogme religieux passe cette question sous un silence embarrassé sans qu’aucune d’elle ne la condamne, elle est omniprésente de façons ontologique, génésiaque, métaphorique, fruit d’une herméneutique peu encline à se dévoiler en première lecture.

Tentons toutefois l’aventure et peut être y trouverons nous les graines d’une métaphysique trans qui germeront en notre épiphanie.

Les dieux ne s’embarrassent pas du genre, ils s’en amusent, brouillent les pistes à l’envie selon leurs desseins, pauvres humains que nous sommes engoncés dans notre apparente dualité.

Si d’un point de vue normé la transidentité apparaît comme une transgression, sur le plan spirituel elle devient transcendance, une alternative au paradigme de la binarité qui a forgé les fondements de nos sociétés faisant fi de la pluralité réelles de notre humanité.

Quid donc de ces écrits, ces traditions, ces rituels initiatiques, ces cultures et coutumes faisant état d’une unicité ou le genre n’est qu’une illusion de plus à dépasser ?

Cela nous conduit directement au mythe de l’androgyne.

Dans le Banquet de Platon, il est considéré comme une dichotomie de l’Homme Primordial.

Selon Scot Erigène, la division des substances a commencé en dieu pour s’achever en l’homme mâle et femelle, ce qui permit à la déité de redevenir un, la réunification de l’homme dans son unicité serait alors suivie par la réunion eschatologique du cercle terrestre et du paradis puisque la séparation serait la conséquence du pêche originel.

Certaines sectes gnostiques font apparaitre Adam, l’homme primordial, comme un être androgyne, Simon le Mage le nommait « arsénothèlys » (male/ femelle).

L’évangile apocryphe selon Thomas nous dit : « … Et si vous faites le male et la femelle alors vous entrerez dans le royaume. »

Cette approche est commune à toutes les cosmogonies qui expliquent le monde à partir d’une totalité primordiale en forme de sphère, l’œuf cosmogonique.
Dans les mystères d’Hercule le dieu et les initiés étaient travestis en femme, Dionysos est un dieu bisexué, dans les fragments d’Eschyle on s’écrie à sa vue : « D’où viens-tu l’homme femme ? »

Dans nombre de populations primitives africaines, australiennes et polynésiennes l’initiation à la puberté implique l’androgynie du néophyte, certaines accordent aux Transgenres des pouvoirs chamaniques. ćest parfois même une bénédiction d’avoir un enfant transidentitaire au sein de la famille.

N’oublions pas le statut très particulier des ” Two Spirits” amérindiens et des Hijras en Inde, Pakistan et Bangladesh où bien que vivant en marge des sociétés, elles sont considérées comme médiatrice entre l’homme et les dieux, craintes à défaut d’être respectées.

Arjuna, le héro mythique du Mahābhārata du s’habiller en femme durant sept années après avoir caché ses armes sous un acacia, il prendra l’identité de Brihannadâ, maitre de danse.

Pour la métaphysique tantrique, l’unité primordiale est incarnée en Shiva et Shakti, le but final étant de réunir ces deux principes polaires dans son propre corps afin que s’éveille la Kundalini.

Est-ce à dire que la transidentité serait un appel désespéré de l’esprit pour vivre en soi ce que Mircea Eliade nomme la « coencidencia oppositorum » ?

C’est une question qui, pour moi, est resté en suspend jusqu’à ce que je trouve la posture me permettant de vivre ma transidentité en harmonie avec mon parcours initiatique.

Il ne s’agit donc pas d’aller du point A masculin au point B féminin ce qui ne ferait qu’engendrer des frustrations car le point B ne s’atteint jamais complètement, mais d’accepter l’état trans comme une communion des opposés et s’extraire ainsi de la question du genre.

J’émets l’hypothèse selon laquelle il est possible que l’esprit asexué éprouve le besoin de vivre l’expérience du dépassement du paradigme de la binarité pour accéder à son unicité.

Hypothèse à laquelle j’abonde volontiers car au-delà du réconfort qu’elle procure, elle m’apparait très séduisante.

Nous avons, dans notre parcours, une magnifique opportunité de questionnement, alors ne nous tergiversons pas sur le sexe des anges et laissons les passer, le silence est un premier pas vers Soi.

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Les 10 questions pièges sur les transidentités
Les 10 fausses croyances sur les transidentités sont : 1. transidentité = minorité sexuelle : FAUX 2. transidentité = maladie mentale : FAUX 3. transidentité = intersexualité : FAUX 4. Il n'y a que 2 sexes : FAUX 5. Il n'y a que 2 genres : FAUX 6. Transidentité = hétérosexualité : FAUX 7. TouTEs les trans* veulent la chirurgie génitale : FAUX 8. TranssexuelLEs = opérations et transgenres = pas opérations : FAUX 9. Identité de genre = rôle social de genre : FAUX 10. Il n'y a que 4 ...
LIRE L'ARTICLE >>
Projection du documentaire « Diagnosing Difference » Débat avec Pascal (Aides) et Karine Espineira (Observatoire des transidentités) La réalisatrice Annalise Ophelian, psychothérapeute clinicienne, praticienne et universitaire étasunienne, a conçu Diagnosing Difference comme un outil pédagogique et didactique à « prescrire » aux acteurs et actrices médicaux-ales et sociaux-ales impliqués dans les soins et la santé des trans. Des voix du terrain trans (associations et collectifs) ont fort heureusement souligné que le groupe trans est composé d’une grande diversité d’identités, contrairement à ce qui ressort dans les médias. Ce film ...
LIRE L'ARTICLE >>
Des transgenres préhistoriques comme un atout dans des sociétés primitives !
Une étude ethnologique, tout juste publiée (1) dans la revue Human Nature et réalisée par Doug VanderLaan du Centre pour les addictions et la santé mentale au Canada, montre que les transidentités étaient présentes dans les sociétés ancestrales et souvent vécues alors comme un atout pour ces sociétés. A l'opposé de certaines attaques menés par une frange réactionnaire issue de la manif pour tous, cette étude montre que le transsexualisme n'est pas contemporain de notre époque et existait déjà pendant la ...
LIRE L'ARTICLE >>
25 & 26 janvier 2014 – Transidentité & Retraite Spirituelle
Le Christ inclusif s'adresse à toute personne pour l'assurer du oui inconditionnel de Dieu. Il nous révèle que nous sommes des merveilles à ses yeux, nous rends notre dignité, nous envoie dans le monde. Ce chemin de fierté est proposé particulièrement (mais non exclusivement) aux personnes homosexuelles et transgenres. Le titre et l’esprit de ce week-end est le même que l’an dernier mais le contenu est différent. Donc les participant-e-s de l'an dernier sont les bienvenu-e-s et nous seront contentes d'en ...
LIRE L'ARTICLE >>
La réponse à ma “Lettre ouverte d’une trans à François Hollande”
La réponse à ma “Lettre ouverte d’une trans à François Hollande”. J’ai reçu cette lettre aujourd’hui, signée du chef de cabinet de François Hollande. Ça roule quoi, François Hollande est d’accord avec nous ! Du coup même plus besoin d’aller à l’Existrans, la marche des trans et de ceux et celle qui les soutiennent (heu à toutes fins utiles je vais y aller quand même, c’est le 20 octobre, 14:00 Place de la Bastille à Paris, on sait jamais…). J’ai caviardé les ...
LIRE L'ARTICLE >>
Trans-Maçonne
Je suis trans et j'en suis fière. Je suis Franc-Maçonne et j'en suis fière Bien sur, on ne manquera pas de m'interpeller sur l'influence et les scandales de la FM, qui régulièrement font les marronniers d'une presse à sensations. Bien sur on ne manquera pas de l'interpeller sur ce que le "bien pensant commun" considère au pire comme une perversion au mieux une maladie quand on parle de transidentité. Ce n'est pas l'objet de cet article. Je fus initiée en février 2010 dans ...
LIRE L'ARTICLE >>
Parcours de Transition
COGIATI - questionnaire combiné d’Identité de Genre et de Transsexualité en ligne. SoFECT - la Société Française d’Études et de prise en Charge du Transsexualisme a pour objet de réunir les professionnels de la prise en charge en France des problèmes relatifs à l’identité de genre. Parcours de Transition MtF Parcours de Transition FtM Nous vous conseillons un site très complet sur le sujet ici. ► Le mode d'emploi ultime pour une transition réussie et rapide ! ► Trans Aide - Guide de Transition ► Changement d'état-civil ...
LIRE L'ARTICLE >>
Pré-Hop – 2 ! Ne me demandez pas de croire que je suis vraiment une femme, je n’ai jamais été vraiment un homme
Une trans opérée (du bas) avec laquelle j’ai discuté récemment me disait que son corps mâle lui posait encore des problèmes post-op, parce que ce corps mâle toujours présent par certains aspects ne lui permettait toujours pas de vivre dans le genre féminin qu’elle désirait. Elle est une femme maintenant pour tout le monde, y compris pour ses amants. C'est pour elle-même qu'elle n'est toujours pas vraiment une femme. Pour elle, le genre féminin ne s'arrête pas à être une femme ...
LIRE L'ARTICLE >>
Crédit photo © Annamedia
Lalla nous livre une interview où elle aborde différents sujets autour des transidentités. Lalla revient sur l'Existrans de 2012 et met le doigt sur les dérives entamées dans cette édition où la cause trans' est noyée dans la cause queer. Slogan de l'Existrans «des papiers si je veux quand je veux» (sic) Oui ce slogan, en plus du pied de nez à la lutte des sans papiers, a été  comme un crachat aux visages de toutes celles et de tous ceux qui subissent ...
LIRE L'ARTICLE >>
19&20 janvier 2013 – Transidentité et Spiritualité – Week-end Retraite
Le Centre de Spiritualité Notre Dame du Cénacle propose un week-end ouvert à toute personne transgenre désireuse de prendre un temps de recul et de réflexion sous le regard de Dieu ou de s’interroger sur son orientation de vie et sa transidentité. Pour la première fois, voici un week-end de retraite organisé conjointement avec le centre spirituel Notre Dame du Cénacle et des membres protestants du Carrefour de Chrétiens Inclusifs. Nous souhaitons affirmer le 'OUI INCONDITIONNEL DE DIEU SUR NOS VIES'!! .. quelques soient nos identités ...
LIRE L'ARTICLE >>
Les 10 questions pièges sur les transidentités
5 mars 2013 – « Diagnosing Difference »
Des transgenres préhistoriques comme un atout dans des sociétés primitives !
25 & 26 janvier 2014 – Transidentité & Retraite Spirituelle
La réponse à ma “Lettre ouverte d’une trans à François Hollande”
Trans-Maçonne
Parcours de Transition
Pré-Hop – 2 ! Ne me demandez pas de croire que je suis vraiment une femme, je n’ai
Lalla : Entretien dissocié autour d’une hétérotopie transexuée
19&20 janvier 2013 – Transidentité et Spiritualité – Week-end Retraite

24 responses to T comme Transcendance ( et Dieu dans tout ça ? )

  1. Marie a écrit le 24 mai 2014

    Merci à toi pour cet article, qui me donne un nouvel axe pour mon questionnement avec une
    certaine hauteur et un positivisme.
    Béotienne, j’ai dû regarder les définitions de certains mots..
    Marie

  2. Bérénice a écrit le 24 mai 2014

    Il y a à coup sûr, une forme de transcendance dans ce que nous vivons.
    La compréhension et l’acceptation de moi ne fait que me tirer vers le haut.
    Étant agnostique Et victime de mon éducation, je n’adhère toutefois pas complètement à ton texte Cyane.

  3. Cyane Dassonneville a écrit le 24 mai 2014

    Je comprends tout à fait qu’on puisse ne pas adhérer complètement, j’ai tenté de ne pas trop m’impliquer mais chassez le naturel… J’ai essayé d’avoir une vision large sans pour autant adhérer moi même à certains points de vue, une certaine distance à défaut d’une distance certaine.
    Nous sommes toutes victimes de notre éducation, il ne tient qu’à nous de faire le tri entre ce qui nous est utile et ce qui nous empêche d’être soi même.
    Bises Bérénice

  4. Claude a écrit le 24 mai 2014

    Il ne s’agit donc pas d’aller du point A masculin au point B féminin ce qui ne ferait qu’engendrer des frustrations car le point B ne s’atteint jamais complètement, mais d’accepter l’état trans comme une communion des opposés et s’extraire ainsi de la question du genre.

    Oh merci ! Cette phrase-là va me faire réfléchir un bon moment… en voici les prémices…

    Le mot sexe vient de secare = couper en latin. Nos deux parts auraient été coupées en deux à l’origine des temps. Conscients d’une seule, nous chercherions sans cesse à retrouver l’autre, dite la part manquante, afin de retrouver l’union originelle. Pour la plupart des gens, la communion des opposés se fait dans la relation amoureuse ou au lit… (ou ailleurs c’est vous qui voyez ! 😉 ). Pour Jung c’est une question d’animus-anima, de complémentarité d’inconscients. Serions-nous alors plus conscients que les cis ??

    Au cours de notre vie trans, nous avons/aurons la possibilité de nous (re)connaître – et plus important encore, de nous faire reconnaître ! – tour à tour l’un puis l’autre genre, mais encore mélangés, car on ne peut effacer les mémoires du passé, ni gommer les diverses strates de notre expérience humaine, sans parler du physique bien sûr.
    C’est essentiellement notre relation aux autres qui nous renvoie un nouveau regard, une expérience différente, dans l’avant et l’après transition. Car le genre dans l’absolu, ça n’existe pas. Tout seuls, nous ne serions ni homme ni femme, c’est la différence et le “choc” des différences qui amène à se définir, à être défini. Ce que je suis et que toi, l’autre, tu appelles “femme” dans TON système de référence, je l’appelle “homme” et je me définis homme. Et je me construis homme comme je l’entends dans MON propre système de référence. En plus je souhaite que nous établissions un rapport mutuel qui puisse respecter NOS deux systèmes de référence et que tout le monde y trouve son compte (c’est là que ça chauffe en général !!!).

    Même si c’est difficile, même si la détresse précède souvent l’épanouissement, encore que cela puisse être relatif en fonction des individus, être transgenre est un destin exceptionnel, une expérience hors normes aussi. Vivre les relations humaines sous un angle puis l’autre est un cheminement fantastique !

    Ce qui n’empêche que la communion des opposés, je veux bien continuer à la faire au lit aussi (ou ailleurs… faut voir 😉 )

    • Bérénice a écrit le 24 mai 2014

      Je dois dire que depuis ce matin, je mouline à cent à l’heure! Tout se bouscule dans mon esprit.
      Et une fois encore, Monsieur Claude vient éclairer mon esprit noué en apportant un point de vue et des éléments de réponse non négligeables à la comprehension de certaines choses.
      J’adore :-)

  5. Cyane Dassonneville a écrit le 24 mai 2014

    Merci Claude pour la pertinence de ton commentaire, et oui je suis convaincue que notre condition nous conscientise davantage encore faut il qu’il y ait une volonté, et toutes mes excuses pour avoir donné ce point de vue de femme trans et d’omettre par la même nos alter ego homme trans, chacun voit midi à sa porte… Je te prie de ne pas m’en tenir rigueur.

  6. Anna Tiger a écrit le 25 mai 2014

    Ce qui me plait dans la “dérive” de cette discussion, c’est de parler de notre éventuelle transcendance en tant que ying et yang réunis (quelle prétention!, mais ça me plait) et de laisser de coté la question théologique de départ. Et je ne dis pas cela parce que je suis hâtée, enfin si en fait.
    Je rejoins Claude dans l’idée que nous vivons un destin exceptionnel, mais quand Cyane dit que cela nous conscientise, je ne suis pas sûre ni que cela soit vrai pour tous les trans, ni que cette conscience ne nous habite pas avant même notre condition d’être trans.
    C’est un peu l’histoire de savoir si la poule est là avant l’oeuf..

  7. florence varin a écrit le 25 mai 2014

    merci Cyanne, Claude,Bérénice et vous toutes et tous enfin. Le sujet est abordé la spiritualité, j’abandonne le coté religieux car trop chaotique et garde le point de vue philosophique, à l’opposition de la matière et de l’esprit ou encore de l’intériorité et de l’extériorité. Elle désigne également la quête de sens, d’espoir ou de libération et les démarches qui s’y rattachent. Les démarche qui s’y rattache justement c’est bien de cette démarche qui nous conscientise. je n’ait pas souffert plus qu’une autre de ma quête de réponses ou de bonheur mais ce parcourt remplie de doute, de question a forger mon esprit à cette acuité.
    Le mot sexe vient de secare = couper en latin . Enfin le voile est levé merci Claude nous passons une grande partie de notre vie a chercher notre moitiée dans les rencontres. Alors qu’elle ce situe en nous, le yang et le yin. la communion de la matière avec l’esprit tantôt l’un tantôt l’autre. qu’elle bonheur d’être un escargot

  8. yukarie a écrit le 25 mai 2014

    depuis la lecture de ce post, je tourne en rond pour savoir comment exprimer ma pensée, sans pouvoir trouver mes mots.

    Le post comme les réponses sont très riches, et à elles seules , demanderaient tout un développement.

    et puis je suis tombée sur une phrase de Claude ( @happydog ) :

    Apprendre à lever les voiles qui nous cachent à nous-mêmes

    Et là, merci Claude, j’ai enfin trouvé ce que je voulais dire :

    qu’est – ce qu’un chemin spirituel sinon apprendre à lever les voiles qui nous cachent à nous-mêmes
    un parcours spirituel est une révélation

    http://lettres.tice.ac-orleans-tours.fr/php5/coin_eleve/etymon/hist/revel.htm
    Nom formé à partir du verbe latin revelo,as,are,avi,atum : dévoiler,découvrir, mettre à nu.
    Ce verbe est lui-même formé :
    Du préfixe « re-» qui forme des mots composés et qui signifie un mouvement de retour en arrière, en sens contraire.
    De « velo, as, are » signifiant voiler, couvrir.

    donc ôter le voile
    révélation de quoi?
    de soi-même, de Soi, etc …
    C’est quoi ?
    Ben justement, il faut se le révéler pour savoir de quoi il s’agit.

    et qu’est ce qu’un parcours trans sinon apprendre à lever les voiles qui nous cachent à nous-mêmes
    Qui nous cachent quoi ? Dans un premier temps notre genre, ensuite notre identité ! Rien que çà !

    Ce parallèle n’est pas une simple coïncidence.
    En fait, le parcours trans est un parcours spirituel.

    Bien sûr, en fonction de la personnalité de chacun⋅e, en fonction des aléas de la vie, en fonction de l’aide que l’on peut avoir (voie spirituelle, guide spirituel, etc ) on s’arrêtera plus ou moins tôt sur le chemin, ou on profitera de l’élan donné par la prise de conscience (révélation = ôter le voile) et l’énergie folle qui nous fait entamer le processus de transition, pour continuer sur ce chemin et aller jusqu’à la révélation du Soi.

  9. Bérénice a écrit le 25 mai 2014

    Va t’on réussir à transcender ce débat? Honnêtement, j’avoues ne pas avoir saisi l’interet d’ouvrir une telle reflexion au début mais je dois reconnaître que ça devient passionnant.
    Merci Cyane d’avoir lancé une telle discussion, et merci à tou(te)s ceulles qui réagissent. Réellement instructif :-)

  10. Anna Tiger a écrit le 25 mai 2014

    tu dis:
    J’émets l’hypothèse selon laquelle il est possible que l’esprit asexué éprouve le besoin de vivre l’expérience du dépassement du paradigme de la binarité pour accéder à son unicité.

    j’y pense souvent, je me dis que j’ai vécu si longtemps dans ce rôle d’homme, que finalement, même si je ne le supportais plus, j’en avais adopté beaucoup de caractéristiques.
    Aujourd’hui libérée de ce carcan, je vis ma féminité intensément, il n’y a pas de place pour une once de ce masculin qui à pu être.
    Et ça me va comme ça pour l’instant, vivre pleinement, corporellement et spirituellement du coté féminin est une jouissance forte, due certainement à toutes ces années d’enfermement.
    Finalement, je suis binaire, sans passer par l’unicité.
    Mais la vie est pleine de surprises, dans quelques années, peut-être me réconcilierais-je avec mon moi masculin, s’il existe, et alors je connaitrai cet état d’unicité.
    Pour l’instant, je ne peux me contenter que de la richesse d’être et avoir été des deux cotés de la binarité. Avec la chance de ne pas trop vivre de frustrations, bien aidée par un corps qui accepte la transformation.

    • Cyane Dassonneville a écrit le 26 mai 2014

      L’expérience des extrêmes est nécessaire pour trouver sa zone de confort, ça fait parti du cheminement me semble-t-il ?

  11. chantal clery a écrit le 26 mai 2014

    Sur le plan de la binarité je reste perplexe, en ce monde rien n’est vraiment binaire, le ying le yang, le vrai le faux, le blanc le noir, l’humain oscille entre toutes ces binarités, et il y a toujours une troisième voie qui finit toujours par s’imposer à nous, pourquoi vouloir toujours mettre tout dans des cases.
    Il convient d’accepter les différences et d’être tolérante ainsi on arrive souvent à trouver cette troisième voie.
    Nous sommes nous mêmes un bel exemple de cette troisième voie, nous avons rassemblé en nous même l’homme et la femme que l’on le veuille ou pas, pour devenir en quelque sorte une troisième personne ou genre pourquoi pas, en somme la réunification de l’homme et de la femme dans un même corps, alors transcendance? ehh pourquoi pas.
    Alors avoir nous conscience de cela c’est purement fantastique je n’avais pas vu les choses comme cela, mais ca me plait bien.
    Cela passe par la connaissance de soi, seule vraie gnose.
    Une Frangine trans m’avait expliqué la chance que nous avions de vivre notre état que c’était un enrichissement une expérience inouie et c’est vrai c’est incroyable et personnellement j’y puise une source de bonheur et de plénitude qui me permet bien des fois et sur des sujets très divers d’avoir une autre vision de la vie.

    • Anna Tiger a écrit le 26 mai 2014

      “qui me permet bien des fois et sur des sujets très divers d’avoir une autre vision de la vie.”

      oui, cela va même pour moi parfois de demandes d’avis, par exemple, un vieil ami en difficulté dans son couple, me demande ma vision des choses, à moi qui ai à la fois la psychologie féminine et le vécu masculin.. Je ne sais pas si je lui apporte quoi que ce soit de plus..
      Cela revient souvent de la part d’amis et d’amies, qui envient le fait que je puisse avoir les deux facettes.
      Franchement, je n’en sais rien.

    • Cyane Dassonneville a écrit le 26 mai 2014

      En effet je crois que la binarité est une illusion des visions étroites.

  12. Adelaïde (Heidy) a écrit le 7 juin 2014

    Bonjour Cyane,

    Juste pour te dire que j’ai laissé à peine un long commentaire (qui vaut commentaire à tous tes articles) à ton article : L’instant “T”. Adelaide.

  13. Adelaïde (Heidy) a écrit le 7 juin 2014

    NB 2 : Tu verras notamment que j’ai tous les moyens pour intervenir, non pas en écho à ton présent article, mais pour élargir son écho jusqu’aux limites vraies qu’il mérite. Ce qui j’espère sera pour une autre fois.

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -