Enfants et Marche des Fiertés

29 juin 2014 | Tags: , ,

Pride Paris 2014Un statut Facebook partagé par @happydog et commenté par @aboudias ce weekend m’a fait réagir dans un commentaire mais finalement c’est plutôt d’un article qui s’agissait…

La Marche des Fiertés, ce n’est pas la marche du ‘lobby LGBT‘ ou un carnaval. C’est un événement festif pour rappeler à une certaine vieille France qu’en 2014 les personnes LGBT ne veulent plus vivre dans un placard parce que ça ‘choque les enfants’ ou autres arguments lénifiants. Elles n’ont pas à avoir honte de ce qu’elles sont et le revendiquent. À travers ce défilé, s’expriment aussi des valeurs de tolérance et de vivre ensemble. Lesbiennes, gays, bis, transgenres et hétéros : nous sommes tous des êtres humains. Nous avons tous les mêmes droits.
BONNE MARCHE

Ma première réaction a été assez simpliste… car j’avais envie d’y aller, mais c’est ma semaine de garde alternée.
L’esprit de la marche est certainement beau, juste et vrai (oui j’ai volé cette expression!) mais c’est bien trop extravagant, disons décalé, pour expliquer ces débordements à des gamines. Et pourtant, j’ai pu leur expliquer beaucoup de sujets, mais pas l’expression fétichiste qui peut régner ici ou là.
Je ne suis pas convaincue que la marche des fiertés change quoi que ce soit dans l’esprit des gens. Les enfants, puisque c’est le sujet dont il est question, ne sont choqués de rien de manière innée, ce sont leurs parents qui leurs donnent des valeurs. J’ai ensuite développé un peu plus longuement, avec deux axes, les enfants à l’école et la marche des fiertés.

Je ne vais pas me faire que des amis dans ce message, mais tant pis, j’assume mes convictions. Ce qui m’a surtout interpellée c’est cette phrase “C’est un événement festif pour rappeler à une certaine vieille France qu’en 2014 les personnes LGBT ne veulent plus vivre dans un placard parce que ça ‘choque les enfants’ ou autres arguments lénifiants”.

Lorsque j’ai pris la décision de transiter. Il était évident que mes filles étaient directement concernées. A 8 et 6 ans, j’avais un avantage, celui qu’elle ne soient pas encore dans l’adolescence et dans le refus de tout ce qui concerne le monde adulte.
J’ai passé des mois et des mois à leur expliquer la notion de bonheur personnel, de mon genre, de mes fringues, de mon besoin de faire disparaître tout côté masculin. Ce n’est pas l’objet de ce message, je pourrais en parler ultérieurement… Dans leur esprit, c’est mon choix et elles le respectent. Leur maman et moi avons tout fait depuis leur naissance pour qu’elles réfléchissent par elles-mêmes, qu’elles prennent leurs décisions, qu’elles assument leurs idées et leurs choix. Elles sont globalement assez “autonomes de leur esprit”. Note pour la compréhension, je suis en excellent terme avec leur maman, c’est une amie extraordinaire, après 13 ans de vie commune et la séparation en Avril 2013.

Les enfants jusqu’à un certain âge, n’ont pas d’ “a priori” hormis ceux inculqués par leurs parents. Les enfants sont curieux de ce qui n’est pas commun, mais ne portent pas de jugement. A titre d’exemples, les réflexions les plus courantes ont été :
– mais pourquoi ton papa se maquille ?
– mais pourquoi ton papa s’habille en fille ?
– mais ton papa a les seins qui poussent ?
– mais c’est qui cette dame (pour toi) ?

Certaines copines de mes filles ont adopté mon genre, c’est un “bonjour madame” à la sortie de l’école désormais.
D’autres enfants, plus âgés, ont essayé de me photographier à la sortie de l’école. Un regard insistant les en a dissuadés, mais c’était peut-être trop tard. Peu importe.

Un autre exemple tout récent. Chloé, 6 ans, voulait organiser son anniversaire dans une structure de jeux comme celle que l’on trouve dans les fast-food, mais au format géant. Elle a donc préparé sa liste de copains/copines qu’elle souhaitait inviter. L’un des enfant a été mandaté par sa maman, pour demander à la maman de Chloé “le papa de Chloé sera là?”… Bien évidemment que je serais là, c’est l’anniversaire de ma fille ! La maman de Chloé a donc répondu “oui”. Aucune réponse de la maman pour confirmer ou non la présence de son petit. Au dernier moment, “ah non désolée, il ne viendra pas, nous avions autre chose de prévu”.
J’ai proposé à Chloé de ne pas venir pour que ses copains/copines puissent venir. Il était hors de question pour elle que je ne sois pas présente à sa fête, tant pis pour ses copains/copines! C’était dit, mais je ne voulais pas la “punir” de part ma simple présence alors qu’elle n’a rien demandé.
Cela aurait pu en rester là, mais la maman concernée est allée à la rencontre de la maman de mes filles qui forcément s’est prise au jeu de la discussion pour conclure “la trans-phobie est punie par la loi au même titre que le racisme”. La maman concernée n’a pas su quoi répondre.
Lors de l’attente des parents sur le lieu d’anniversaire, l’une des mamans ne s’est posée aucune question, est venue me faire la bise, nous avons papoté… Une autre maman (amie avec la première) est arrivée un peu plus tard et a gardé une certaine distance.
Lors du départ des enfants, cette deuxième maman voyant que la première me faisait la bise et papotait, s’est sentie comme obligée de me faire la bise, mais son sourire n’était pas hypocrite, enfin j’ose le croire. Effet domino ?

Le point essentiel est que mes filles avaient besoin d’éléments, de repères, de mots clefs pour expliquer qui j’étais à leur copains/copines. En quoi la marche peut-elle donner des éléments tangibles ?

Revenons à cette notion “de ne pas choquer les enfants”, illustrée avec quelques photos publiques. L’idée n’est pas de sanctionner qui que ce soit, mais bien de relativiser la vision que nos enfants ont de cette marche. Ce sont quelques photos prises au hasard, d’autres pourraient être plus adaptées… mais l’idée reste la même, il y a des situations que je ne veux pas montrer à des enfants de cet âge…

Gay Pride Paris 2014

Source : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10152242115293207&set=a.10152242114128207.1073741831.655413206&type=3&theater

En quoi cette tenue représente les LGBT ??? C’est digne du carnaval de Rio.
Certes c’est très joli, mais cette tenue permet d’aller chercher ses enfants à l’école ? de faire ses courses ? d’aller au boulot ? d’aller au resto ? d’aller au parc avec ses enfants ?

 

Gay Pride Paris 2014

Source : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10152242118113207&set=a.10152242114128207.1073741831.655413206&type=3&theater

Ou sommes-nous ? dans la rue ? Il me parait ridicule de se promener en soutien-gorge et talons de 12 dans la rue…

 

Gay Pride Paris 2014

Source : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10152242118023207&set=a.10152242114128207.1073741831.655413206&type=3&theater

Très beaux tatouages, mais c’est pour aller à la plage ?

 

Gay Pride Paris 2014

Source : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10152242119408207&set=a.10152242114128207.1073741831.655413206&type=3&theater

Alcool et carnaval…

 

Gay Pride Paris 2014

Source : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10152242120448207&set=a.10152242114128207.1073741831.655413206&type=3&theater

Notre monde BDSM doit rester notre monde d’adultes. Je crois que les enfants sont bien trop jeunes pour voir ce genre de choses, je leur explique quoi si elles avaient vu ça ???

Pour conclure, il y a le monde des adultes et le monde des enfants, et même s’il est relativement simple de leur expliquer des sujets comme la famille mono-parentale, l’homosexualité, la trans-identité, ou bien d’autres sujets comme la mort, la religion et la politique, il convient de le faire avec des mots d’enfants, et des images qui ne les interpellent pas aussi ostensiblement.

Si je suis aussi bien acceptée par mon entourage, c’est que j’ai pris le temps de faire les choses, sainement, sans provocation, avec des explications psychologiques à la clef.
S’afficher publiquement comme on peut le faire à une soirée à thème, n’est pas dans l’ordre des choses de la vie du quotidien. Que ce soit à l’école ou au boulot, à aucun moment je ne me sens en adéquation avec ces images.
J’ai fort peur que le message qui ressorte de cette marche et interprété par “la vieille France”, ne soit pas celui qui était escompté…
Ce que la “Vieille France” attend, c’est une intégration discrète… Peut être suis-je de la “Vieille France” ?

Mais si l’on parle uniquement d’un événement festif entre adultes, alors c’est réussi. Félicitations aux organisateurs et participants :)

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Existons Ensemble
Parce que c'est aussi l'esprit qui nous anime ici, Let Us Be : Existons Ensemble ! Une campagne différente pour l'amour, la tolérance, la diversité. Vivre ensemble, aujourd'hui, c'est possible ! Page facebook : https://www.facebook.com/Campagne.LetUsBe A suivre aussi sur Twitter : https://twitter.com/LetUs_Be
LIRE L'ARTICLE >>
Leur nombre est encore faible, mais il ne cesse d'augmenter.... Aux Etats-Unis, les enfants et adolescents en crise d'identité sexuelle sont de plus en plus nombreux. Du moins, ils le manifestent beaucoup plus. Ils seraient selon certains spécialistes un enfant sur une population de 10 000. Pour eux, un traitement est possible. Portrait de ces enfants qui ne sont pas nés dans le bon corps, Maryse Burgot, Aaron Diamond, Valerie McCabe et Arielle Monange. %CODE1%
LIRE L'ARTICLE >>
Comment les enfants doivent-ils nous appeler ?
Cet article emprunte le langage qui concerne les MtF, question de simplification de l'article, la réciproque, du point de vue FtM est tout aussi vrai (échangez alors les mots "Papa" et "Maman"). Cet article est aussi un appel à table ronde (Allez-y ! partagez votre expérience dans les commentaires ! Donnez vos avis !) Il y a quelques jours j'ai été témoin de la vive réaction d'une consœur Trans sur Facebook : pour elle c'était clair, puisque c'était une femme, c'était une ...
LIRE L'ARTICLE >>
Photo montage d'un adolescent transgenre, un sujet trop souvent oublié dans la communauté T
Comme je l’ai déjà dit hier soir sur un fil de discussion Facebook où le communiqué du Collectif "Oui Oui Oui !" pour le rassemblement devant le siège du PS rue Solférino a été relayé, il ne reflète nullement ce qui a été débattu au niveau de la liste de discussion de l'organisation de l'Existrans qui est sensée représenter la parole trans en France au travers de la seule manifestation qui nous soit dédiée. En effet, les revendications qui ont cours actuellement pour ...
LIRE L'ARTICLE >>
A l'école des enfants sans sexe / © Mychele Daniau / AFP
Si l'initiative est jugée naïve par un certain nombre de spécialistes, et manque de repères pour d'autres, si de toutes parts on insiste sur le fait que de tels changements de mentalité prennent des années, voire des siècles, il faut bien admettre que la réflexion sur le genre est dans l'air du temps. Exit le "il" et le "elle", certains établissements suédois ont désormais recours à l'éducation indifférenciée. Polémique. Dans la salle de classe, le coin dînette et les petites voitures ont laissé ...
LIRE L'ARTICLE >>
25 janvier 2013 – Mariage pour T / Atelier Pancartes
Et si on faisait des pancartes pour la manif du 27 pour nous rendre visibles? 1. Pour manifester notre soutien au Mariage pour Tous -certain(e)s copain(e)s sont concerné(e)s. 2. Pour interpeller les lg sur nos revendications (CEC, Santé, Accès au travail...) Pour faire les pancartes: rendez-vous chez ACT UP le vendredi 25 à partir de 19h. Pour y accéder demandez les codes en message privé sur le lien de l'atelier Pancartes sur Face Book. Pour celles qui ne peuvent pas venir à l'atelier, ...
LIRE L'ARTICLE >>
Dossier Nouvel Obs sur les enfants transgenre aux US … et en France ?
A lire en version électronique si vous ne l'avez pas déjà fait dans le Nouvel Obs de la semaine dernière, une dossier très complet sur les enfants transgenres aux US. Un excellent article comme on aimerait en voir plus souvent. En résumé : Ryan, Sade, Amya, se sentent appartenir au genre opposé à leur sexe physique. Une clinique pionnière de Chicago prend en charge dès l'âge de 3 ans, ces enfants qui n'entrent pas dans les cases. Natacha Tatu, grand reporter ...
LIRE L'ARTICLE >>
Ganimo
Bande dessinée réalisée pour le projet 17 mai 2012 dans le cadre de la journée mondiale contre l'homophobie et la transphobie. La page de Gheof/Ganimo, l'apprenti dessineux !  
LIRE L'ARTICLE >>
Beware – Dites le à vos enfants !
Nous avions déjà mis la vidéo de ce film sur notre site ici. J'ai eu un contact avec l'un des membres (Bruce) de l'association auteure du film qui me transmet cette information à partager avec vous en attendant le lancement de leur nouveau site. Nous aurons l'occasion de suivre les productions et faire circuler les messages de cette association. Beware est le premier film de l'association What The Film!, association de cinéma militant fondée en 2011. Produire, réaliser, diffuser, projeter pour décloisonner les ...
LIRE L'ARTICLE >>
Marche des Fiertés - Plan
Cette année, la marche aura lieu samedi 30 juin 2012. Venez nombreux en cette année cruciale pour l’égalité des droits afin de soutenir le mot d’ordre : "2012, l’égalité n’attend plus !" Voici le programme et le parcours de cette journée bien remplie ! Le départ de la marche sera donné à 14H, place du Montparnasse par la marraine et le parrain de la marche 2012, Zabou Breitman et Charles Berling ! Le parcours passera ensuite par le boulevard de Montparnasse, Port ...
LIRE L'ARTICLE >>
Let Us Be – Existons Ensemble
Ces enfants qui veulent changer de sexe
Comment les enfants doivent-ils nous appeler ?
Les enfants Trans, grands oubliés de la PMA
En suède, à l’école des enfants sans sexe
25 janvier 2013 – Mariage pour T / Atelier Pancartes
Dossier Nouvel Obs sur les enfants transgenre aux US … et en France ?
Ganimo
Beware – Dites le à vos enfants !
30 Juin 2012 – Marche des Fiertés LGBT Paris

35 responses to Enfants et Marche des Fiertés

  1. Claude a écrit le 29 juin 2014

    “Si je suis aussi bien acceptée par mon entourage, c’est que j’ai pris le temps de faire les choses, sainement, sans provocation, avec des explications psychologiques à la clef.”

    Une clé essentielle pour une transition réussie quand on a une famille, me semble-t-il. Bravo !

  2. Chloé Tigre Rouge a écrit le 29 juin 2014

    Salut,

    Je suis d’accord avec ton message. Le côté festiviste de la Marche me dérange, le côté hyper-sexualisé aussi.

  3. Delphine T a écrit le 29 juin 2014

    Je pense que c’est ce coté qui reste dans les esprits. Les revendications premières sont en retrait.
    merci :)

  4. yukarie a écrit le 29 juin 2014

    tout à fait d’accord avec toi, Delphine

    A mon sens, ne montrer qu’une image de carnaval finit par nuire à la cause elle même.

    Car la plupart des gens , dont je faisais partie avant de me découvrir Trans, ne voient et ne retiennent qu’un cliché.

    J’ai été plus informée et j’ai mieux perçu les LGB à la suite d’une conversation autour d’un verre, avec un couple de lesbiennes absolument adorables. Il n’y avait aucune revendication dans leurs propos.

    • Delphine T a écrit le 29 juin 2014

      Lorsque j’ai fait mon coming-out, j’ai découvert qu’il y avait une grande confusion entre homosexualité et transsexualité. En expliquant que la sexualité était un des aspects mais que pour moi il s’agissait d’abord de mon identité, cela a permis d’ouvrir de nombreux dialogues. Pour une grande majorité de personnes, ces sujets (de manière très large dès qu’il s’agit de “taboo”) sont incompris voire deviennent malsain. J’ai eu des retours assez négatifs comme “on ne voit plus que ca” (en parlant des homosexuels à la télé). Le coté militantisme et exhibitionnisme porte préjudice à toutes les causes car la population reste attachée à ces clichées…
      En même temps, certaines personnes regardent des documentaires et se questionnent sur nos parcours :)
      Cette manifestation n’aurait-elle qu’un coté “m’a-tu vu?”

  5. E K a écrit le 29 juin 2014

    Delphine, je trouve ton analyse très juste. Merci pour l’avoir formulé et nous l’avoir fait partagé. Il n’y a rien à re-dire contre le côté “carnaval”, c’est même bien dans un certain cadre. Il semble cependant que, vis-à-vis du grand public, cela desserve l’acceptation de la communauté lgbt dans son ensemble.

  6. E K a écrit le 29 juin 2014

    Flute ! J’ai laissé échapper quelques fautes de grammaire … Désolée :-)

  7. Selene a écrit le 30 juin 2014

    La solution n’est-elle pas de s’investir dans de tels événements afin de faire entendre sa voix à ce sujet ?

    Je ne critique pas la démarche. Je pense sincèrement que si la situation est telle, c’est peut-être que les organisateurs de tels événements auraient besoin de tels angles de vue, de tels témoignages, afin que nous avancions, que nous progressions dans la lutte pour la dignité et le respect de tous.

    • Claude a écrit le 30 juin 2014

      Tout à fait d’accord !

      • Selene a écrit le 30 juin 2014

        Je fréquente le centre LGBT de ma ville. Après la marche des fiertés, il y a eu un debriefing, des prises d’opinions. J’ai pu y entendre que cette imagerie de carnaval est effectivement relayée par les médias, de manière scandaleusement réductrice.

        Les militants sont outrés que l’on ne montre que le plus spectaculaire dans les journaux, et les accusent de vouloir les marginaliser. Après, on peut certes s’y attendre…

  8. Ester a écrit le 30 juin 2014

    Je trouve dans ces échanges exposées les raisons pour lesquelles je n’ai jamais été à cette marche des fiertés. En effet entre les message que veulent faire passer les trans* et ce que retient le public et les médias on voit bien que le côté le plus spectaculaire l’emporte de loin devant les messages.
    L’autre chose qui m’a toujours dérangée c’est de mélanger dans cette manifestation l’orientation sexuelle, l’identité de genre aboutissant au résultat qu’il faille encore aujourd’hui expliquer au PUBLIC la différence, alors qu’un instant de réflexion montrerait à chacun que ces deux choses n’ont rien a voir.
    Imaginez un défile avec des transgenres qui ne se fassent pas remarquer par des tenues ou comportements particuliers: il n’aurait pas le m^me impact, par contre il véhiculerait une image plus positive et réaliste de la majorité TG.

    • sylvieb78 a écrit le 30 juin 2014

      400% d’accord avec cela …!
      .
      . . – Merci Delphine d’avoir abordé ce sujet
      . . – Merci à toutes de promouvoir une image plus positive et réaliste.
      . . – Merci à Ester, d’avoir formulé ma pensée…

    • Claude a écrit le 30 juin 2014

      Un défilé d’un million de trans très dignes traversant Paris… ça fait rêver hein ?
      Sauf qu’on serait une poignée, c’est tout !

      Sans parler des ftm qui dans leur immense majorité se rendent invisibles de façon drastique…

  9. Dominique Menezkaer a écrit le 30 juin 2014

    Je viens de lire un article sur le site de la “manif pour tous”, qui parle de “marche de la honte” à propos de la marche des fiertés de Paris…. Il y a aussi un petit encart écrit par une des “cautions homosexuelles” de LMPT et qui va jusqu’à écrire que c’est la marche des fiertés qui est la cause de l’homophobie….. (il faut déjà oser….!!).

    D’après ce que j’ai lu ici, j’en conclus que beaucoup sont du même avis que LMPT sur cette question !!! Non ????

    Quiconque participe à une marche des fiertés sait faire la part entre les participants très exubérants (très minoritaires) et la masse des participants qui ressemblent à n’importe qui rencontré dans la rue.

    S’il y a des critiques à faire, c’est à la presse (télévision, presse écrite) qu’il faut les faire: C’est eux qui mettent systématiquement des photos de personnages “hors normes” en illustration de leurs articles sur les marches des fiertés ou encore leurs articles sur les trans….

    C’est à eux qu’il faut s’en prendre, c’est eux qu’il faut éduquer…

    • Ester a écrit le 30 juin 2014

      Bonjour Dominique,
      Je peux comprendre ton point de vue. Seulement les médias se focalisent toujours sur le sensationnel. De toute façon c’est simple il suffit de lire ou entendre les reportages pour se rendre compte. Objectivement peut-on dire au bout de toutes ces années que cette Manifestation aie rendu service aux TRANS*?
      Je ne le pense pas.

      • Dominique Menezkaer a écrit le 30 juin 2014

        Cette manifestation s’appelle la marche des “fiertés”. Elle sert à montrer qu’on peut être différent, dans son orientation sexuelle, dans son identité de genre, mais aussi dans son apparence de genre et le revendiquer publiquement.
        Et non, moi je pense que le fait de voir des travestis, que ce soit à la télé ou dans des “pride” ne dessert aucunement les personnes trans. Cela habitue les gens “à la différence”…. A l’heure actuelle, voir un(e) travesti à la télé ne choque plus grand monde (sauf quelques réacs…) et ils sont capables (parce qu’on en a vu aussi à la télé) de faire la différence avec les trans qui cherchent à “passer”…

    • yukarie a écrit le 30 juin 2014

      oui, il y a un comportement des médias qui est préjudiciable.
      mais comment faire avec eux ?
      les journalistes eux mêmes semblent faire toutes ces confusions.

  10. Claire B. a écrit le 30 juin 2014

    Je ne me reconnais en rien dans ce carnaval fétichiste et je n’ai aucune envie qu’on m’assimile à ça. Les médias montrent ce qui est visible, forcément on fait rapidement l’amalgame. Quant aux enfants dans tout ça, j’aurais vu ça à 8 ans je crois que j’aurais eu envie de partir en courant.

  11. blandine a écrit le 30 juin 2014

    Bravo Delphine, je partage absolument ton opinion , et tu as décris tous cela avec simplicité.
    Et je suis d’accord pour dire aussi que les médias font beaucoup de mal en montrant toujours le ” sensationel ” avant de montrer la vrai valeur des choses, et en montrant cela au grand public, les gents retiennent que ce coté néfaste et après on retrouve ses personnes homophobe qui mélange tous et ne comprennent rien

  12. Bérénice a écrit le 1 juillet 2014

    Merci mon dieu! il y a encore des gens “vieille france” je me croyais seule :-)
    J’adhère à 1000%

  13. Delphine T a écrit le 1 juillet 2014

    Un grand merci pour vos commentaires :)

  14. severine tanguy a écrit le 1 juillet 2014

    je suis d’accord avec toi Delphine. nous voulons juste vivre simplement sans en faire des tonnes.

  15. Jeanne Swidzinski a écrit le 1 juillet 2014

    Si on prend l’angle “historique” pour comprendre la marche des fiertés de 2014 à Paris, il ne faut pas s’offusquer des comportements extrêmes.
    Avant les émeutes de Stonewall, en 1969, les homos et trans se rencontraient dans des back-room et d’autres lieux “invisibles” de la population. Après des réflexions découlant de ces émeutes, il; a été décidé de ne plus avoir honte de ses choix sexuels ou de son identité, d’où la naissance de la gay pride.
    Par la suite, ces manifestations se sont appelées “marche des fiertés” car il n’y a pas que des gays qui sont concernés. Il y a également les lesbiennes, bi et trans.
    La marche des fiertés actuelle est typiquement une manifestation “festive” même si on essaye de faire passer des revendications “sérieuse” .
    Il n’est pas envisageable de mettre un dress code de vêtements traditionnels car ce serait contraire à l’esprit de tolérance que l’on demande à la société en général.
    De toute façon, les tenues provocantes sont surtout portées par des gays qui aiment bien les look drag queen ou des travestis. Ils profitent de ces moments pour s’éclater!
    Les femmes trans sont en général, plus sobres dans leur présentation mais pourquoi ne pas adopter ce jour là un look plus provoc?
    Après, je comprends les difficultés liées à la présence des enfants pour des revendications de familles homo-parentales ou des trans-parents.
    Il faut conserver une solidarité entre toutes les composantes LGBT ce jour-là.
    Les revendications spécifiques concernant les trans seront défendues lors de l’Existrans, le 18 octobre, dons r-v à cette date. Il y aura un autre événement “trans”, le 20 Novembre, le TDOR pour se souvenir de toutes les trans qui sont assassinées à travers le monde et d’essayer de combattre la transphobie qui aboutit à ces comportements.

  16. E K a écrit le 2 juillet 2014

    Merci Jeanne pour cette mise en perspective historique.

  17. chantal clery a écrit le 2 juillet 2014

    Merci Jeanne de ces précisions mais je doute fortement de l’efficacité de faire passer des revendications sérieuses lors de telle manifestation festive et totalement débridée.
    Je suis pluôt vieille france aussi avec un look moderne avec quelques coups de folie aussi mais bon au bout du compte je ne provoque pas, je suis la femme, l’épouse que l’on croise dans la rue.
    Et paradoxalement c’est quand on en fait le moins, look le plus naturel possible, que l’on passe bien souvent le mieux.
    Du reste comment nos revendications de personnes équilibrées peuvent être prises au sérieux tant que l’on restera sur les vieux clichés.
    Tant que le terme générique de travelot restera ancré dans l’esprit de la plupart des gens, pour l’instant le commun des mortels ne fait aucune diffèrence, transgenres, transexuelles, travestis, ils rassemblent tout cela sous le vocable de travelot et puis point à la ligne.
    C’est à nous de faire évoluer les choses et d’expliquer aux gens ce que nous sommes et de montrer sans provocation que nous sommes des femmes normales et équilibrées.
    Alors je suis désolée d’avoir à le re dire mais des défilés comme la gay pride ne servent pas du tout notre cause au contraire.
    Il y a autre chose à imaginer, à concevoir, tout en étant tout aussi visible et lisible….
    Bises à toutes.

  18. Jeanne Swidzinski a écrit le 2 juillet 2014

    Je crois également que certaines personnes profitent de ce jour là pour sortir du “placard”, ce qui veux dire qu’elles vont faire ressortir tout ce qu’elles ont enfoui depuis longtemps, de façon exagérée, donc provocante.
    Cette exagération, on la remarque avec des personnes T débutantes qui adoptent des codes vestimentaires et de maquillage du genre qu’elles revendiquent mais ce n’est pas ceux ( les codes) utilisés par les femmes-trans ou hommes-trans ni par les cis-genres.
    Au contraire, les personnes ayant transité (ou en train) sont plutôt sobres et deviennent “invisibles”.

    Moi, ça ne me gêne absolument pas. Il faut quand même qu’elles assument des déplacement dans le métro ou à pied avec des talons de 15 cm! :)

    • Ester a écrit le 2 juillet 2014

      Effectivement tu as raison de parler de ces personnes qui sortent pour l’occasion du placard. Elles n’ont pas l’expérience qui leur montrerait qu’il y a des tenues ou comportements qui ne se font pas. Dans les débuts il est fréquent de se baser sur des stéréotypes, des clichés; avec l’expérience on adopte des comportements plus naturels.

  19. chantal clery a écrit le 2 juillet 2014

    Moi non plus cela ne me gêne pas tant qu’elle ne joue qu’avec leur image et ce que l’on peut penser d’elle, mais le problème est que le quidam juge et tranche par amalgame.
    Quant aux talons de 15cm il y a façon et façon de les porter, par ailleurs ce sont des talons qui sont portables pour sortir le soir en club ou en soirée privée certainement pas pour défiler, parce que dans ce cas ce n’est pas pratique, si je devais défiler un jour j’irais en converse et pas en escarpins.

  20. laura ledoux a écrit le 6 juillet 2014

    C’est un débat vieux comme la marche et beaucoup pensent ainsi que c’est contre productif et caricatural , cette parade, ces exces.
    Que les medias ne s’interessent qu’au plus cliché et ridicule qui se voit ce jour la pour generaliser ce que nous sommes n’a rien d’etonnant ni de nouveau.
    Jeanne l’a bien dit: c’est l’expression de la liberté et forcement tout ne peut pas etre de “bon ” gout mais l’esprit qui regne ce jour la est vraiment festif et je prefere ce monde en couleurs ,meme si certaines sont criardes ,à la grisaille ambiante.
    C’est assez dommage de voir que la tolerance n’est toujours pas une valeur communement partagée dans des minorités comme la notre .(je ne parle pas de l’article de delphine qui est tres mesuré) mais à en croire certaines le fashion faux pas (qui ne leur arrive jamais ) est une faute qui merite l’oppobre!

  21. Alexia Reborn a écrit le 8 juillet 2014

    Bonjour; je te rejoint et partage globalement ton avis. Pourquoi se dénuder, se mettre en petite tenues etc, etc pour défiler? Si ce n’est pas de exhibitionnisme, c’est quoi? Ce n’est pas avec de telles pratiques que cetteFrance profonde acceptera l’ensemble des LGBT; On est femme, ou autre, ok mais là… c’est inacceptable. L’image envoyée au publique est triste, déplorable, relève presque du porno! Alors NOOOOOON !! Pas ça! Arretez de pleureret de vous plaindre d’être mal ou pas acceptés(ées), Pour certains et certaines, vivez vos fantasmes en intimité, mais pas dans la rue ou autres lieux publics.Pour les autres, et surtout les MtF etFtM, défilez sans extravagances. Vous sortiriez faire vos courses ou aller au travail en petites tenues comme dans la marche des fièretés? Non bien sûr. Alors j’interpelle TOUS et Toutes pour défiler avec décence, car c’est ainsi et respect que vous gagnerez l’acceptation de la vielle France. Etre en tenure légère ou SM et autres,il n’y a pas de quoi être FIERS (ERES) de votre image que vous jeter en pâture. Maintenant; la retenue de cette maman, et de l’autre maman qui s’est désistée, pas de quoi s’en offusquer! C’est par de la désinformation, manque d’information, images mentales pornos véhiculées, image des défilers des fieretes, renomée mal saine , que cette personne, comme tant et tant d’autres nous rejettent, et qu’ l’on est victimes d’agressions, et tout le reste.

  22. Gisèle a écrit le 13 mars 2016

    Vous connaissez l’adage « pour vivre heureux vivons cachés ». Sans aller jusque-là, s’exposer à l’outrance conduit, à mon avis, inévitablement à des amalgames de la part du « public ». Amalgames dont toutes auront à subir les inconvénients… Pour ce qui est des enfants, à l‘évidence le poids de l’éducation va inévitablement les conduire eux aussi à se poser des questions et plus tard se « prononcer » face aux Trans. Mais soyons assurées, ils ont leur libre arbitre, face à une femme, un homme, une femme un peu masculine ou à un homme un peu efféminé pas de problème, ils peuvent choisir ou, au besoin, se laisser guider. A ce sujet, pardon, j’ai encore une anecdote. Elle est toute chaude et ne remonte qu’à deux jours à peine : l’enfant est tout jeune, c’est le fils d’un ami danseur. En famille, le sujet « Trans » a été abordé à plusieurs reprises, comprenez le papa « il fait danser Gisèle ». Pour l’enfant la question est simple : « t’es un garçon ou une fille ? » Ma réponse : « maintenant je suis une fille ». L’enfant : « ah, bon ». C’est fini, il ne lui manquait que très peu pour choisir de qu’il devait comprendre, ou voir : c’est clair, je suis une fille. Par contre, je n’ose l’imaginer face à certaines créatures fruit de phantasmes exacerbés. J’entrevois toutefois une échappatoire pour l’enfant pour l’avoir à mes dépens vécue à mes tout débuts : maman regarde, c’est une sorcière. Alors un peu d’humanité, de féminité et que diable arrêtons de faire peur aux petits enfants !

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -