Andrej/Andreja

25 juillet 2014 | Tags: , , , ,

Andrej Pejic at MICHALSKY StyleNite.jpg

Andrej Pejic at MICHALSKY StyleNite » par Peter.Wetter — Travail personnel. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons.

Le magazine OUT me l’apprend ce matin alors que je suis tombée du lit, Andrej Pejic est Andreja Pejic. Enfin, je mens presque en disant qu’il me l’apprend : je m’en doutais très fortement.

D’abord, vérifier l’info. Différentes sources le confirment, le HuffPost entre autres. C’est important de ne pas relayer un faux outing, ou un tapage médiatique qui sera démenti le lendemain.

Vite maintenant, corriger l’article Wikipédia avec l’espoir que mes changements ne soient pas revertés par quelque transphobe pointilleux. Il s’agit de réécrire l’histoire de cette personne en incluant l’angle transgenre dans sa biographie. Andreja a toujours été Andreja, que nous le sachions ou non, qu’elle le sache ou non. Cette première étape me semble importante lors d’une transition annoncée. Je l’ai déjà pratiquée pour les Wachowski, et à l’époque des incidents transphobes avaient eu lieu sur Wikipédia si ma mémoire ne me trompe pas. Voilà la nouvelle notice Wikipédia.

Ensuite, en parler. J’ai pensé depuis longtemps, et ma conviction n’en est que renforcée, que ceux qui explorent les frontières du genre, même superficiellement pour le profane, ont des aspects transgenres qui pourront se révéler ou non au grand jour. Le «cas» Andrej/a Pejic renforce ma conviction. On n’explore pas le genre, on ne transgresse pas ce domaine qui touche au sacré, sans avoir un appel sincère à le faire. Peu importe le drapeau sous lequel on se place, qu’on soit ou se revendique intermittent de la féminité (ou de la masculinité !) ou femme à part entière, on a toujours une bonne raison de l’être.

Allez savoir, même les personnes qu’on qualifie de cisgenres pourraient avoir intérêt à explorer certains des mystères du genre, à s’approcher des limites de cette transgression pour mieux se comprendre et mieux savoir pourquoi elles sont comme elles sont.

Le genre est une performance, c’est un reflet de l’âme — si vous en avez une — ; notre expression de celui-ci est un miroir plus ou moins déformant, que l’on tord et détord consciemment ou non, passant du queer au straight, de la normalité à la frange au gré de nos voyages intérieurs, en soi et dans la société humaine. Andreja, qui affirme être une femme transgenre, a performé un homme revêtant des aspects féminins : le billard à trois bandes du genre en action… magnifique action.

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Andrej Pejic - Barcelone 2012
Andrej Pejic Rosa Clara Bridal Collection Barcelona 2012 source: Haus of Andrej Pejic Andrej Pejic a toujours refusé de répondre aux questions sur son homosexualité présumée tout comme il refuse de revendiquer le statut d'homme ou de femme exclusivement !
LIRE L'ARTICLE >>
Andrej Pejic pose pour une pub de soutiens-gorge
Je vous ai dit, on va faire dans le super léger ce week-end. Après notre article sur les sorties ce matin, voilà un exemple bien concret que le rembourrage n'est pas utile pour passer ... bon il faut dire que notre amiE a quelques avantages physiques que nous lui envions touTEs. Article paru sur madmoizelle.com, site que je conseille à toutes les copines qui aiment la futilité :)! Je me suis inscrite, nous pourrons nous y croiser. Premier homme à poser pour ...
LIRE L'ARTICLE >>
Andrej Pejic sur 7 à 8
Le visage de Cindy Crawford et le corps de Kate Moss, mais le sexe de George Clooney ! Le nouveau top en vogue mélange les genres... Qui est vraiment ce garçon qui ressemble à une femme ? Andrej a grandi en Serbie. À 8 ans, il quitte son pays déchiré par la guerre civile et s’envole pour l’Australie. À l’époque, il a déjà conscience de son androgynie : "J’ai su que je ressemblais à une fille avant même de savoir marcher, ...
LIRE L'ARTICLE >>
Andrej Pejic
Classique, magique, unique - presque comme George Frideric Handel dans l'opéra Rinaldo l'Aria - Andrej Pejic est un androgyne flamboyant et fascinant. Que ce soit en nature ou en studio, ce beau garçon blond pâle est une star admirée partout et sur tous les podiums de défilés de mode, fille ou garçon. http://www.youtube.com/watch?v=H33U9bpMBhM
LIRE L'ARTICLE >>
Toyota utilise Stav Strashko, mannequin transgenre en culotte sexy pour sa publicité Auris
Sur Txy on craque déjà pour Andrej Pejic le mannequin transgenre androgyne qui est, depuis quelques temps déjà, la star des podiums féminins et qui a défilé, entre autre, pour Jean-Paul Gaultier. Le concept, qui était encore insolite il y a quelques années de ça, semble se propager et, faire poser ou défiler des mannequins hommes pour jouer les femmes devient monnaie courante ou presque. En 2012 un nouveau mannequin androgyne semble vouloir voler la vedette à Andrej Pejic grâce à la ...
LIRE L'ARTICLE >>
Appel à contributions : des articles Wikipédia corrects et sourcés sur la transidentité
Chers tous, chères toutes, Je suis depuis pas mal d'années contributrice sur Wikipédia, l'encyclopédie libre en ligne. Depuis bien des années subsiste sur ces sites un problème en ce qui concerne les sujets du Transsexualisme et du Transgenre. En effet, ces deux articles cohabitent, se contredisent l'un l'autre, ne couvrent pas chacun toute la réalité de ces phénomènes, et contribuent à semer la confusion dans l'esprit de ceux qui veulent savoir. C'est pourquoi je voudrais vous proposer à toutes et tous un travail, ...
LIRE L'ARTICLE >>
Mais que se passe-t-il ?
Je suis sûre que vous êtes touTEs familierEs avec Andrej Pejic, le top modèle masculin, protégé de Jean Paul Gaultier, qui porte essentiellement des vêtements pour femmes dans les défilés de mode féminine. A la lecture de plusieurs blogs de mode je viens tout juste de réaliser que Pejic ne serait que le sommet de l'iceberg. Je pourrais vous citer Léa T, Tima Marso, Andrey Gordychuk, Vicney Zwart, Rickard Engfors (en maillot de bain en 2004 !), Asger Juel Larsen, Miss ...
LIRE L'ARTICLE >>
Drapeau transgenre
Deux petits enfants sont ensemble dans un berceau. Le premier demande à l'autre : "Dis ?... T'es un garçon ou t'es une fille ?" "Ben je sais pas... Et toi ? T'es un garçon ou t'es une fille ?" "Ben je sais pas non plus !". L'un des deux soulève la couverture et s'esclaffe : "Je sais ! T'es un garçon et je suis une fille !" "Et comment tu sais ça ?" "J'ai des chaussons rose ! T'as des chaussons bleu !". Morale de l'histoire, la couleur ...
LIRE L'ARTICLE >>
Léa T défile pour Philippe Klein à Milan
Sur Txy on craque toujours pour Andrej Pejic le mannequin transgenre androgyne qui est, depuis quelques temps déjà, la star des podiums féminins et qui a défilé, entre autre, pour Jean-Paul Gaultier. Le concept du mannequin transgenre se propage. Après Stav Strashko, mannequin transgenre en culotte sexy pour la publicité Auris de Toyota, qui semblait voler la vedette à Andrej, voici Léa T, fille du célèbre footballeur international Toninho Cerezo et a défilé pour Philippe Klein le 22 septembre dernier à Milan. Homme ...
LIRE L'ARTICLE >>
© Benson Kua, Wikipédia, cc by sa 2.0
Futura-science a abordé le sujet transgenre dans la nature. Pour cela la revue WEB est allée poser des questions à Thierry Lodé, le spécialiste français de la question. Autre question sociétale importante : la transsexualité. Là encore, elle se rencontre dans le monde animal. « Il n’y a pas de corps de mâle ou de corps de femelle. Chez beaucoup d’espèces, les sexes ne se distinguent pas par les gènes... [...] Seule la morale propre à chaque espèce approuve ou réprouve des comportements. La ...
LIRE L'ARTICLE >>
Andrej Pejic – Barcelone 2012
Andrej Pejic pose pour une pub de soutiens-gorge
Andrej Pejic sur 7 à 8
Andrej Pejic
Toyota utilise Stav Strashko, mannequin transgenre en culotte sexy pour sa publicité Auris
Appel à contributions : des articles Wikipédia corrects et sourcés sur la transidentité
Mais que se passe-t-il ?
Un choix Républicain, des couleurs
Léa T défile pour Philippe Klein à Milan
Futura-science (santé) : Homosexualité, transgenre : des pratiques courantes dans la nature

22 responses to Andrej/Andreja

  1. Julie Mazens a écrit le 25 juillet 2014

    ça nous renvoie à de nombreuses discussions dans notre forum sur la “fatalité” d’une transition pour une personne qui explore son genre (souvent en commençant par une période de travestissement).

    Après, des personnes réalisant cette exploration, pour tout un tas de bonnes raisons, peuvent être / rester dans le déni, en proclamant même publiquement qu’elles ne sont pas trans.

    • Chloé Tigre Rouge a écrit le 25 juillet 2014

      Oui, tout à fait. La vie sociale est un peu différente de la vie intérieure, et la première personne à qui on ment c’est soi-même qui plus est.

      • Morgane Beaumont a écrit le 25 juillet 2014

        Ça donne un peu le tournis, cette hypothèse. En résumé, ne passez pas au travers du miroir ou vous y laissez une partie de vous même. Le diable doit adorer cette idée… ^^

        • Julie Mazens a écrit le 25 juillet 2014

          très belle image <3 !

        • Claude a écrit le 25 juillet 2014

          Vous n’y laissez que ce que les autres vous ont imposé. Vous n’y perdez donc rien : seules les chaînes se détachent, seuls les voiles tombent !
          En revanche, vous y gagnez de vous-même : une vérité, une transparence et une légèreté… inégalables.
          A déguster sans modération !

          • Julie Mazens a écrit le 25 juillet 2014

            AHMA, vous n’y laissez que ce nous nous sommes nous même imposé …

            marre de lire que ce sont les autres qui nous empêchent d’être soi (à la marge peut être et encore).

            assumons que nous manquons (souvent) de courage.

          • Chloé Tigre Rouge a écrit le 25 juillet 2014

            J’abonde dans le sens de Julie. D’ailleurs mon précédent article (ou celui d’avant, je ne sais plus) va dans ce sens aussi, qui appelle à la responsabilité individuelle.

          • Claude a écrit le 25 juillet 2014

            La responsabilité, c’est un truc qu’on apprend en grandissant. Au départ on ne sait pas, on subit et l’on tente de s’intégrer comme on peut à ce qu’on croit être LA vérité. Il faut du temps pour se permettre une existence originale, personnelle et authentique et c’est d’autant plus difficile qu’elle s’écarte des voies toutes tracées, TA vérité !

            Ensuite je suis d’accord, ce peut être un manque de courage, et la force de l’habitude aussi, qui freine le processus. C’est comme de quitter un conjoint avec lequel on n’a plus rien à faire, ça prend du temps ! Quitter un état de soi avec lequel on n’a rien à faire est un processus qui ressemble à cette situation, mais c’est à ce prix qu’on peut prétendre au bonheur !
            Le bonheur, comme on dit par chez moi, ça ne se trouve pas sous le pied d’un cheval, le bonheur ça se construit !

          • Claude a écrit le 25 juillet 2014

            Pour Julie et Chloé : à propos de courage… une petite argumentation par l’exemple… fallait-il que je me laisse interner à 14 ans comme a voulu le faire ma merveilleuse mère quand j’ai clamé haut et fort que j’étais un mec ? Je me suis fait traiter d’anormal, d’asexué, de bon à rien, de honte pour toute la famille, de dépravé, de dégénéré, et j’en passe car rien que de l’évoquer, c’est dur pour moi !
            Non. J’ai appris à raser les murs par instinct de survie, à me taire et bien m’en a pris. D’autres ont eu des électrochocs à la même époque (on est avant 1970 là pour situer), pour le même motif : se “prendre” pour l’autre sexe ! Je l’ai échappé belle ! Toutes mes affaires dites mec ont été jetées ou vendues sur le champ, jeux, vêtements, etc. On m’a attifé, imposé une coiffure, fait donner des cours de danse où je me rendais à contre-coeur, on m’a coupé d’une grande partie de mes amis (tous les pro-Claude), tout ça pour le qu’en dira-t-on ! J’ai collé au fond d’un placard les cadeaux hideux qu’on m’imposait à chaque Noël ou chaque anniversaire, et j’ai trouvé refuge dans les livres et dans l’étude ! Et j’ai aussi prévu de foutre le camp à ma majorité, ce que j’ai fait ! J’avais 19 ans, je me démerde comme je peux dès ce moment-là ! Sans jamais voler, sans jamais me vendre d’aucune manière je précise !!

            Sauf que de transition ftm, nulle trace nulle part ! J’ai appris son existence en 2005 !!! Pour apprendre dans la foulée que passé 50 ans, ça n’était pas possible ! Je n’avais pas Internet avant ni d’ordi… et personne jamais ne m’a aiguillé ! Personne ne m’a jamais dit, tiens il y a une solution pour toi !! Non c’était des “tu es trop mec, c’est pas possible, regarde-toi et fais un effort !” Partout, amis, boulot, médecin même, partout ! Alors qu’on ne me parle pas de courage !
            J’ai eu celui de rester en vie dans ce corps que je haïssais, dans cette sous-vie… Je ne sais même pas comment je suis encore en vie d’ailleurs aujourd’hui. Cela m’a valu une zéro carrière aussi, car dans ma branche être hors normes et le montrer, ça ne passait pas du tout. J’ai eu ce courage-là, dès mes 20 ans !

            Tout ça pour dire que vous ne savez pas qui vous avez en face de vous, jamais ! Tu vois les solutions d’un autre de ton point de vue, à partir du niveau de ton intelligence ou de tes savoirs. mais la personne en face, elle se bat avec ses armes à elle, ses faiblesses aussi, elle fait comme elle peut le plus souvent !!! Ce n’est souvent pas un manque de courage, c’est un manque de compétences et de savoirs !

            Ce que je sais pour ma part aujourd’hui, c’est que j’ai de bonnes raisons de vouloir aider d’autres trans à être moins mal, ça oui ! Et j’essaierai de m’y tenir !
            [mode vénère OFF]

          • Bérénice a écrit le 26 juillet 2014

            Merci Claude,c’est une des raisons pour lesquelles je ne viens plus que très rarement ici, certains discours ne sont plus “surveillés” et peuvent causer de graves traumatismes pour les personnes fragiles que nous sommes.
            Fut un temps, je trouvais du soutien ici, de la force pour avancer.
            Aujourd’hui, dès que je me connecte, je ne vois que rancoeur, jalousie et méchanceté.
            Nous ne serons jamais de vraies femmes car nous avons joui des “privilèges” masculins qu’on nous a assignés à la naissance. .. j$ai jamais entendu une chose aussi débile.
            Les privilèges masculins, me permettent de faire ma transition.
            Si j’étais née normale, je n’en aurai jamais eu besoin.
            Et puis, vivre toute sa vie avec l’envie de mourir, ça c’est un putain de privilège.

          • Julie Mazens a écrit le 26 juillet 2014

            Claude : tu as raison sur ce point, le manque d’information et donc de prise de conscience (il existe d’autres personnes comme nous …) peut nous laisser enfermer dans notre placard. surtout pour les générations avant internet (les jeunes actuels n’ont plus cette excuse).

            Bérénice : tu mentionnes des discours de rancoeur, jalousie et méchanceté. Je suis très surprise, je n’ai rien lu de tel (même si je ne passe plus que sporadiquement sur le site) depuis plusieurs mois dans nos fils de discussions, qui restent surveillés (au sens légal) mais toujours aussi libre à tout un chacun d’exprimer son opinion tant qu’elle reste respectueuse des lois et des personnes. Si tu as un tel exemple, n’hésites pas à le signaler à l’équipe de modération qui fera le nécessaire.

          • Héloïse a écrit le 26 juillet 2014

            Courage et volonté de démarrer sa transition…
            A écouter certain-e-s trans, le premier psy tiré au sort dans l’annuaire te fait (gratuitement) des attestations pour les hormones et la Thaïlande au premier rendez-vous (et t’avance même l’argent pour le voyage). Si ça marche pas, c’est que tu as sauté une page en lisant Hammarberg.
            Ben j’ai été voir dans l’asso lgbt locale: 4 mtf, 3 ftm, aucun-e-s suivi par un psy dans la région.

        • Claude a écrit le 25 juillet 2014

          Le diable, ça n’existe pas.
          Contrairement à ce que d’aucuns tentent vainement de faire accroire au petit peuple pour assurer leur pouvoir, seul Lucifer existe, le “porteur de lumière” !
          Et lorsque les voiles tombent, la lumière passe mieux ! 😀

  2. Julie Mazens a écrit le 25 juillet 2014

    “J’ai compris qui j’étais très tôt, à l’âge de 13 ans, grâce à Internet” a-t-elle affirmé au site Style.com.

    Maintenant la transition ne lui fait pas peur, c’est pour ça qu’elle a sauté le pas. “Je me sens mieux dans ma peau que jamais. Je me sens à 100%” a-t-elle déclaré au magazine People.

    J’en comprends surtout qu’elle a attendu de s’être construit un environnement stable et financièrement adéquate pour sauter le pas …

    Personne pour porter une critique hahaha ? Comment a-t-elle fait pour supporter cela pendant plus de 10 ans ! laisser la puberté agir ! ne pas être dans le bon corps ! profiter des privilèges males pour se construire une carrière, … c’est pas une vraie femme … (/end of troll)

  3. Ester a écrit le 26 juillet 2014

    Désormais Andréa fait partie des 3,5 milliards de femmes…La concurrence sera rude! (je plaisante..) Avant elle avait quelque chose de spécial qui intriguait. Tout ça est fini. En ayant bloqué la puberté et avec la carrière qu’elle a menée il était logique qu’elle aille jusqu’a l’opération, logique mais pas forcément obligatoire.

  4. Claire a écrit le 5 août 2014

    La page renvoie actuellement à mannequin homme, je dirais donc que c’est raté pour la non-modification par un/une transphobe quelconque par la suite.

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -