Photo du profil de Ester

by

ARGENTINE, Le changement de sexe est désormais gratuit.

5 juillet 2015 | Tags: , , , , , ,

Source Argentine, pionnière pour les trans*
Les interventions chirurgicales de changement de sexe et les traitements hormonaux sont désormais gratuits en Argentine, après l’approbation vendredi par le ministère de la Santé d’un règlement mettant en application la Loi sur l’identité sexuelle.

«Cela signifie que les opérations, mais aussi les traitements hormonaux qui permettent que le corps corresponde à l’identité autoperçue, font partie du régime de soin obligatoire. Ils devront être couverts par les mutuelles d’entreprise, les hôpitaux publics et les cliniques privées», a déclaré à l’AFP Esteban Paulon, de la Fédération argentine de lesbiennes, gaies, bi et trans (FALGBT).

La FALGBT, ainsi que la communauté homosexuelle argentine et l’association de Travestis, transsexuels et transgenres d’Argentine se sont réjouies de cette nouvelle réglementation.

La loi sur l’identité sexuelle, votée en 2012, envisageait déjà la mise en place de cette couverture médicale, mais, en l’absence de réglementation, les mutuelles et les cliniques ne la respectaient pas.

Les personnes souhaitant changer de sexe n’auront pas besoin d’autorisation judiciaire ni administrative, selon Infojus, une agence du pouvoir judiciaire argentin.

Les interventions chirurgicales totales ou partielles incluent entre autres l’agrandissement du buste, la mastectomie (ablation des seins), la pénectomie (ablation du pénis), la vaginoplastie, la vaginectomie et la pose de prothèse pénienne.

La loi sur l’identité sexuelle autorisait déjà  les travestis et les transsexuels à inscrire leur «sexe autoperçu» sur leurs papiers d’identité, et non leur sexe d’origine.

L’Argentine a été pionnière en Amérique latine dans l’octroi de droits civiques à la communauté homosexuelle. Elle a notamment approuvé une loi autorisant le mariage homosexuel en 2010.

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Loi Argentine sur l’identité de Genre du 30 novembre 2011 – Traduction
NDLR : C'est avec l'aimable autorisation de la traductrice que nous republions cette traduction de la loi argentine, une référence qu'il est nécessaire d'avoir lu dans les débats actuels. Edit du 8 juin 2013 : version électronique réalisée par le parti de gauche à télécharger ici. Préambule de la traductrice : étant d’origine espagnole j’ai tenté de traduire la nouvelle loi pour l’identité de la personne qui vient d’être votée en Argentine. Cette loi est une avancée significative pour les personnes transgenres ...
LIRE L'ARTICLE >>
Le sexe et l’état-civil (synthèse)
Dans ce texte Philippe Reigné, à partir de la jurisprudence actuelle, des recommandations européennes, de la loi argentine et de l'évolution de la définition du sexe, fait des propositions juridiques pour intégrer socialement tant les personnes transidentitaires que les personnes intersexués par le CEC. Ainsi il fait les propositions suivantes (ce que l'on retrouve tout en fin de l'article) : En conclusion, il est proposé de maintenir la mention du sexe portée sur les actes de naissance, mais de l’omettre de tous les autres ...
LIRE L'ARTICLE >>
Un député UMP interpelle le gouvernement sur la procédure de changement de sexe
Paris (lundi 9 septembre / 18h) : Le député UMP Xavier Breton, très engagé dans la bataille contre le mariage homosexuel, s'inquiète à présent des intentions du gouvernement en matière de procédure de changement de sexe, craignant un "passage en force" sur le sujet. Dans une question écrite adressée à la ministre de la Justice Christiane Taubira et publiée lundi, le député demande si le gouvernement entend reprendre une proposition de loi de la gauche déposée fin 2011, visant "à la ...
LIRE L'ARTICLE >>
L’Argentine adopte une loi historique sur l’identité de genre
Mercredi 9 avril, le Sénat argentin a adopté la loi sur le genre. Le texte reconnaît le genre comme une expérience personnelle et ouvre la possibilité de modifier le genre figurant sur les papiers d'identité sans avoir recours à des traitements hormonaux ou une opération de réassignation. Après l'ouverture du mariage en 2010, l'Argentine se pose une nouvelle fois comme un pays précurseur et un exemple à suivre en matière de droits des LGBT, en Amérique Latine, mais aussi dans le ...
LIRE L'ARTICLE >>
L’ONU qualifie de torture les traitements intrusifs obligatoires pour la reconnaissance légale du genre des trans
The Ultimate Trans* Media, site belge d'information sur la transidentité, vient de publier un billet sur un rapport l'ONU qui qualifie de torture les traitements intrusifs obligatoires pour la reconnaissance légale du genre pour les personnes transgenres. Ce rapport annuel du Rapporteur spécial de l’ONU sur la torture, Juan E. Méndez, a été transmis à l'Assemblée Générale. Il déclare que le fait d'imposer aux personnes transgenres des modifications physiologiques ou des interventions chirurgicales comme prérequis à une reconnaissance légale de leur ...
LIRE L'ARTICLE >>
1er novembre 2013 : l’Allemagne, premier pays européen à reconnaître un 3ème sexe
Depuis le 1er novembre 2013, l'Allemagne a été le premier pays européen à reconnaître un troisième sexe dans son Etat-Civil. Ce troisième sexe est strictement réservé aux enfants intersexes, c'est à dire nés avec une configuration de l'appareil génital ne permettant pas de dire si l'enfant est une fille ou un garçon. Il ne concerne nullement les personnes trans. Vincent Guillot, fondateur de l'OII en France, explique à quel point la position des enfants intersexe est actuellement intenable et comment ces enfants ...
LIRE L'ARTICLE >>
Des Trans Argentins reçoivent une nouvelle carte d’identité
DES TRANS ARGENTINS REÇOIVENT UNE NOUVELLE CARTE D'IDENTITÉ DE LA PART DE CRISTINA FERNANDEZ. La présidente de l'Argentine a personnellement remis, lundi 2 juillet 2012, les premières cartes d'identité destinées spécifiquement aux personnes ayant légalement changé de sexe en vertu d'une loi qui crée un précédent à l'échelle internationale. Cristina Fernandez s'est dite fière d'avoir établi une nouvelle norme internationale avec cette législation sur l'identité sexuelle, qui a été adoptée à forte majorité au Congrès et qui permet à quiconque de changer ...
LIRE L'ARTICLE >>
Etat civil : quelle prise en compte de la transsexualité ?
Le Sénat vient de publier une étude comparative des dispositions législatives relatives à la modification de l’état civil des personnes transsexuelles dans six pays européens (Danemark, Espagne, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni et Suède), huit États d’Australie et deux pays d’Amérique latine (Argentine et Uruguay). Selon cette étude, deux générations de lois peuvent être distinguées. Historiquement, les premières lois ont été adoptées dans les pays d’Europe du Nord de l’Europe (Suède, Danemark et Pays-Bas) en vue de protéger les personnes souhaitant changer de sexe, ...
LIRE L'ARTICLE >>
Pas facile de changer …… de sexe !
SOCIÉTÉ - Il est possible en France de devenir légalement une femme quand on est né homme, et vice versa. Mais au prix d'un long parcours juridique... Le tribunal de grande instance (TGI) d'Agen doit rendre ce lundi sa décision, après qu'un homme de 40 ans a fait une demande pour changer la mention de son sexe sur son état civil afin d'être reconnu comme femme, même s'il n'a pas subi d'opération chirurgicale des organes génitaux. Il est en effet possible ...
LIRE L'ARTICLE >>
Le Mouvement transgenre : Changer de sexe
%CODE1% Changer de sexe est une étude transversale de la transsexualité, de la dysphorie de genre et du transgendérisme au XXe siècle. L'ouvrage propose un historique détaillé du transgendérisme ; l'auteur fait aussi état d'entretiens, développe une analyse culturelle et ajoute des anecdotes personnelles, afin de mieux comprendre les problèmes médicaux, sexuels, politiques et sociaux rencontrés par les personnes dysphoriques de genre. Il évoque la vie de quelques transsexuels dont l'histoire personnelle a fait événement, comme Christine Jorgensen, Jan Morris ou ...
LIRE L'ARTICLE >>
Loi Argentine sur l’identité de Genre du 30 novembre 2011 – Traduction
Le sexe et l’état-civil (synthèse)
Un député UMP interpelle le gouvernement sur la procédure de changement de sexe
L’Argentine adopte une loi historique sur l’identité de genre
L’ONU qualifie de torture les traitements intrusifs obligatoires pour la reconnaissance légale du genre des trans
1er novembre 2013 : l’Allemagne, premier pays européen à reconnaître un 3ème sexe
Des Trans Argentins reçoivent une nouvelle carte d’identité
Etat civil : quelle prise en compte de la transsexualité ?
Pas facile de changer …… de sexe !
Le Mouvement transgenre : Changer de sexe

26 responses to ARGENTINE, Le changement de sexe est désormais gratuit.

  1. Bérénice a écrit le 5 juillet 2015

    Pourquoi, lorsqu’on parle de personnes atteintes de dysphorie, fait on quasiment sans exception un rapprochement avec les homos, des personnes qui n’ont absolument rien à voir avec nous?
    Je suis une femme victime d’une malformation sexuelle conséquence malheureuse des suites d’une maladie génétique. Le fait que je sois hétéro ou gouine n’a absolument pas le moindre rapport avec ça.
    Ça m’énerve, cette façon de nier ce fait en nous réduisant à des gens qui n’ont que des minables problèmes de préférences sexuelles. Qui, d’ailleurs, ne constitue en rien un quelconque problème.

    • Ester a écrit le 5 juillet 2015

      Cette confusion provient de l’existence du sigle LGBT qui mélange les trans* avec les LGB qui n’ont rien a voir. C’est ennuyeux d’entretenir ainsi cette confusion….

    • Sylvaine TELESFORT a écrit le 6 juillet 2015

      Bonjour Bérénice,

      Tu es une femme avec une malformation sexuelle, d’origine génétique ! Connais tu cette maladie ?

      • Bérénice a écrit le 6 juillet 2015

        Je ne sais pas pourquoi, mais je sens qu’on va me sortir que j’ai de la chance, dans pas longtemps. Je suis effectivement une femme, née avec une malformation Sexuelle et les glandes sexuelles fonctionnant à l’envers. Tout ça N’est dû qu’à la génétique.
        Alors, appelle ça comme tu veux, mais c’est exactement ce qui a détruit ma vie à tous les égards.

        • Sylvaine TELESFORT a écrit le 6 juillet 2015

          Lorsque je suis née, les médecins se sont posées beaucoup de questions et ils m’ont classé pseudo hermaphrodite. Aujourd’hui je suis classée intersexe/DSD : Déficit en 17 cetoréductase. Ce déficit est du à une mutation génétique.

          C’est cela que je te demandais, dire les glandes sexuelles fonctionnant à l’envers ! quelles glandes sexuelles, Une mutation aujourd’hui porte obligatoirement un nom. Connais tu ce nom, cela éclairera d’avantage, ta situation.
          Merci

          • Bérénice a écrit le 7 juillet 2015

            Caryotype 22 x et 1 y. Voilà mon problème. Quand tu es un homme, ça passe inaperçu, mais quand tu es une femme, c’est une véritable mutation.

          • Sylvaine TELESFORT a écrit le 7 juillet 2015

            Donc c’est une anomalie chromosomique, qui aurait entraîné une malformation de certaines glandes ?

            Pour un 22 et 1 Y qu’est-ce qu’il a été fait ? je reviendrai vers toi dans la semaine, je dois consulté les équipes d’embryologies et surement un Centre de référence.

          • Sylvaine TELESFORT a écrit le 7 juillet 2015

            Bérénice, ton caryotype ne serait il pas XXY ? Parce là ce caryotype s’appel : Syndrome de Klinefelter et cette anomalie Chromosomique apparaît que sur les garçons. La seule complication de XXY est une petite infertilité qui peut se corriger, si la personne souhaite prendre le traitement. XXY est loin de toutes mutations génétiques ! Fréquence des naissance entre 1600 à 1700 par an. Ce qui fait que XXY n’entre pas dans une mutation, puisque supérieur à 9 pour 10000 naissances.

          • Bérénice a écrit le 7 juillet 2015

            Je suis désolée mais je ne comprends pas ton problème. J’ai pas besoin qu’on nomme ce qui me bouffe la vie! Je sais parfaitement ce que c’est. Je fais d’ailleurs tout ce qui est en mon pouvoir pour tenter de vivre avec. Personne ne peut m’aider, merci bien.

  2. Dominique Menezkaer a écrit le 6 juillet 2015

    Dans beaucoup de pays, les Trans se sont joint-e-s aux LGB pour lutter sur un plan politique. Par ailleurs, les associations féministes soutiennent pour la plupart les luttes des “LGBT“. Pas besoin d’être sorcier-e pour comprendre qu’il y a un lien entre le machisme et l’oppression des homosexuels et des Trans….. Les progrès des droits des trans arrivent très souvent dans le sillage des progrès des droits des homos, qui eux même bénéficient des avancées des droits des femmes. Ce que j’ai écrit est peut être schématique, mais les mentalités évoluent ainsi.

    Que les journalistes soient mal informés sur les trans est une autre chose…. Mais ils n’ont pas totalement tort de faire allusion aux luttes des homos… Même si le terme de “communauté homosexuelles” est réducteur et non incusif. Ils devraient plutôt parler de “personnes LGBT“, mais je crois qu’ils ont peur que les gens ne comprennent pas le sigle LGBT. (en dehors des gens plus ou moins branchés sur le sujet, personne ne connati ce sigle…)

    • Bérénice a écrit le 6 juillet 2015

      Mouais, je persiste dans mes idées, si j’étais amoureuse d’une femme et que je voulais l’épouser, ça ne me dérangerait pas d’être assimilée à cette population, en étant moi même ressortissante.
      mais malheureusement, la question trans n’a absolument rien à voir avec les homos. Arrêtons les amalgames fâcheux.
      Après, les militantes pour les droits des femmes ont énormément de points en commun avec les femmes d’origine trans.
      Je me fiche royalement des choses qui touchent les homos, comme ils se fichent que nous ayons des droits où non.
      entre avoir l’aval de la société dans la reconnaissance d’avec qui tu baise et dont tout le monde se fout ( n’oublions pas que c’est la vie intime) et espérer simplement être reconnue par cette société, je ne vois pas le moindre petit rapport.

      • Sylvaine TELESFORT a écrit le 6 juillet 2015

        Historiquement : il y a plus de 20 ans, pour le milieu psychiatrie, le Trans ne pouvait que provenir du milieu homosexuel. Cela permettaient aux psy d’étendre leurs propre hégémonie sur les personnes. Certains avaient quelques fantasmes bien arrêtés.

        C’est dans ce contexte qu’une association sollicita à l’époque LGB pour inclure un T et c’est devenu LGBT. Cela a permis de faire de très grandes avancées pour la cause des T du moins à cette époque ci. Aujourd’hui ce que l’on voit le plus souvent, c’est une recherche d’amélioration des combats Trans, en allant chercher des références ailleurs que sur le territoire national Français.

        Les lois Françaises sont faite par et pour la France, allez chercher des références ailleurs ne convaincra pas nos élus. Il y a pas si longtemps une personne avait pratiquement réussi, mais les divergences internes, on fait qu’elle a abandonné toutes activités. La situation était devenu trop complexe.

        Les psys avaient repris de poil de la bête. Maintenant les avancées d’hier ou en sont elles ?
        Je le sais pas, mais allez voir les améliorations d’argentine ne font pas avancées celles des Trans en France. Une mondialisation d’un régime Trans serait une bonne solution, mais reste éphémère.

  3. Ester a écrit le 6 juillet 2015

    Il y a des points communs mais au fur et a mesure que les homosexuelLES obtiennent ce qu’elles demandent il reste toujours les problèmes spécifiques aux trans qui sont plus ou moins oubliés. Le groupe de pression homo est bien plus important que le groupe (virtuel) de pression trans*.
    Le problème que je vois avec l’inclusion lgbt est d’entretenir une confusion dans le public entre les orientations sexuelles et la transidentité: il suffirait que le public consacre un instant de réflexion pour se rendre compte de la différence, seulement il ne le fait jamais >lgbt=mêmes combats.
    Dans le sigle LGBT je me suis toujours demandé quelles pouvaient être les revendications des “B” “bisexuelLEs”. Je n’ai jamais trouvé de réponse.

    • Solène a écrit le 6 juillet 2015

      J’ai déjà entendu parler de biphobie donc ils doivent sûrement avoir certaines revendications ^^

      Je pense que ces personnes sont souvent comprises comme homosexuelles par le “grand public” alors que ce n’est pas le cas. Et que quelqu’un qui de bi qui se met en couple avec une personne de même sexe se retrouve dans la case homosexuelle avec les choses qui en découle.

    • Dominique Menezkaer a écrit le 6 juillet 2015

      Les gens ne sont pas si ignorants. Depuis pas mal d’années on voit des trans témoigner à la télé et de plus en plus de gens font la différence avec l’homosexualité. Et cela devrait progresser encore avec la sortie de fictions (séries, films, etc..) plus respectueuses et plus proches de ce que nous vivons réellement.

  4. Bérénice a écrit le 6 juillet 2015

    Ça m’énerve!!!! On ne partage pas sa vie privée et amoureuse avec la société, nom de dieu!!!!
    Les exhibitionnistes sont très loins, dieu merci, de représenter une majorité de la population.
    Quand tu as les papiers de quelqu’un qui n’existe pas, t’es très loin de pouvoir exhiber quoi que ce soit. Et on est là, bien loin de la moindre petite considération sexuelle.

    • Dominique Menezkaer a écrit le 6 juillet 2015

      Ben non, quand tu partages ta vie avec une personne de même sexe… c’est peut être “ta vie privée”, mais en attendant dans la mesure ou tu formes un couple assumé au grand jour il s’agit bien d’une affaire “publique” et pas seulement une histoire de sexe “en chambre”.
      Et par ailleurs quand tu es trans tu ne montres pas tes papiers d’identité à tous les jours…..

    • Solène a écrit le 6 juillet 2015

      Rien qu’un restaurant entre collègues par exemple où les compagnons et compagnes sont conviés suffit à donner ton orientation sexuelle. C’est pas de l’exhibition pour autant ni du déballage de vie privée.

  5. Bérénice a écrit le 6 juillet 2015

    Je sais pas moi,….. quand on parle de bis, j’ai un peu de mal.
    Que des gens qui s aiment puissent vivre leur amour au grand jour, je trouve ça plutôt normal.
    Mais c’est quoi les revendications quand on est bi???? Avoir le droit de faire des partouzes au resto?
    Arrêtons un peu d’être idiots.
    Remarquez, il ne me faut pas bien longtemps pour me souvenir des raisons qui m’ont fait m’éloigner des trans.
    Mes propres revendications n’ont absolument rien à voir avec les homos ou autres adeptes aux variations de sexualités diverses.
    ma sexualité et ma vie sentimentale, aussi bizarre soit elle, ne souffrira jamais d’aucune incompréhension, Car elle n appartiendra toujours qu’à moi et aux personnes qui partageront ma vie, mes choix et mes préférences.
    Je rappelle juste que je n’avais aucune envie de sombrer dans un débat de ce type, mais que je revendiquais mon droit de ne pas étre assimilée aux personnes pour qui la discrétion et le respect d’autrui est impensable.

  6. pocahontas a écrit le 7 juillet 2015

    Le centre LGTB a été crée pour rassembler des personnes issues de ce monde pour discuter, aider et politiser les problèmes que ces communautés rencontraient. Un acceuil, une ecoute une aide contre l’homophobie et la transphobie. La violence familiale, ou dans la vie. elle est aussi un relai d’informations, pour les maladies, prevention, aide et hebergement dans certains cas. groupes de discution, sport etc…
    Ces communautés se battent pour obtenir des droits communs. C’est pourquoi les trans font aussi partis du monde lgtb pour la bonnes raisons que certaines sont homosexuelles ou considérées comme tel.
    Les associations trans elles se battent typiquement sur nos cas tout en etant appuyé meme si ca parait peu par les centre lgtb.
    Un homme bi qui rencontre un homme peut etre discreminé dans la société, tout comme 2 hommes ou 2 femmes, 1 trans avec qui vous voulez.
    On est pas pareil mais on mene le meme combat d’etre seulement accepté tel que l’on est.

  7. Jacqueline a écrit le 7 juillet 2015

    LGBT, c’est selon moi le sac “fourre-tout” dans lequel la société dite normale a regroupé les gens qui selon elle ne le sont pas, mais qui n’ont rien à voir entre eux.
    Pour revenir au thème du fil, les dispositions relatives au changement de sexe en Argentine, il faut rappeler qu’ici, en France, nous sommes au pays des droidlom, qu’ils disent…Tu parles!

  8. Audrey La Grande a écrit le 18 juillet 2015

    L’Argentine a autorisé cela.. Très bien mais je me rappelle quand j’y suis allée voici un quart de siècle, ils avaient une inflation mensuelle à deux chiffres, le pays devait faire des emprunts pour rembourser les seuls intérêts des emprunts. Guère mieux que la Grèce à l’heure actuelle… S’ils ont accordé cela, ils le paieront d’une autre manière tôt ou tard.
    En ce qui nous concerne, n’oublions pas que des gens renoncent à se soigner en France (opticien, dentiste) parce qu’ils n’en ont pas les moyens financiers. Avec la misère médico-sociale qui existe chez nous, ne serait-il pas indécent de nous accorder la gratuité de l’opération à notre époque ? Je compare cela à ces gens qui gagnent des millions d’euros tous les mois, à n’en plus savoir qu’en faire, alors que d’autres meurent de faim. Je vois moi-même avec un petit handicap combien il m’en coûte. Et je ne gagne pas trop mal ma vie ! Une personne handicapée sans travail a un revenu mensuel de 800,45 euros. Face à ces gens, il serait déplacé de leur dire qu’ils iront encore moins souvent voir le médecin, qu’ils paieront encore plus de leur poche pour que des gens puissent avoir leur opération de transsexualité gratuite. Je ne dis pas “Non”, je dis “pas maintenant”. Un jour, si la situation social est plus saine, pourquoi pas…

    • Sophie Bourbonnaise a écrit le 19 juillet 2015

      Alors là je ne suis pas d’ accord du tout. Ne pas accorder les soins gratuits sur les interventions chirurgicales et les traitements sous prétexte de misère médico-sociale, c’est aberrant. Au contraire, les avancées doivent se faire à tous les niveaux que se soit pour les handicapés, les frais de dentiste d’ opticien etc. On accepte tout en ce moment sous prétexte de crise, baisse des salaires, augmentation du temps de travail, baisse de la protection sociale, imposition des retraites etc. Alors que les écarts entre riches et pauvres n’ a jamais été aussi grande.On devrait en plus faire des choix et comparer ce qui est plus misérable. Désolée mais je dis non.

  9. Audrey La Grande a écrit le 19 juillet 2015

    En ce qui me concerne, j’ai payé 3.900 euros en début d’année pour faire face à mon handicap, remboursée 961 euros seulement. Et je ne me plains pas mais le smicard, celui au revenu mini RSA avec le même handicap ne peut rien faire. Sinon s’endetter pour des années pour une histoire subie alors que la transsexualité est un choix de vie.
    La gratuité des soins est faite pour les étrangers qui n’ont jamais cotisé à rien, mettons fin à bien des injustices, mettons certains escrocs hors d’état de nuire.
    Je ne dis pas “non”, seulement “pas maintenant”, ce serait indécent. Ne soyons pas égoïstes.

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -