Photo du profil de admin

by

Rédaction EPICENE, respecte l’équilibre masculin féminin

1 février 2016 | Tags: , , ,

Introduction
Dans les années 1990, on parlait de « féminisation »; il était beaucoup question de féminiser les titres d’emploi et aussi de cesser d’utiliser le masculin singulier pour inclure tout le monde (p. ex. Le musée de l’homme). Plusieurs solutions ont été proposées au fil des ans, certaines plus élégantes que d’autres, et certaines sont à déconseiller.
Maintenant, on parle de « rédaction épicène », c’est-à-dire que la présence des hommes et des femmes est mise en évidence de façon équitable. Il ne s’agit plus de quelque chose qu’on ajoute « pour plaire aux féministes », mais d’une façon d’écrire. Voici des recommandations pour les documents de l’Université Saint Boniface en 2014.
Lors de la rédaction épicène, il est important de ne pas mettre de côté les principes de la clarté du message et de la cohérence de l’écriture. L’utilisation des procédés suivants est encouragée :
+ le recours aux termes génériques et aux tournures neutres;
+l’écriture des formes des deux genres, en toutes lettres;
+ l’emploi du pluriel, dans la mesure du possible.
Il est fortement déconseillé d’avoir recours aux notes explicatives du genre : « Veuillez noter que le masculin est une forme neutre comprenant le féminin. »
Pour la féminisation des titres, le guide de l’Office de la langue française offre un excellent répertoire.
Textes de type informatif
Voici les règles d’écriture épicène pour les textes de type informatif, soit les lettres, mémos, notes de service, rapports, procès-verbaux, affichages de postes et descriptions de tâches, bulletins, guides, plans de cours, etc.
1. Pour souligner la présence des femmes, il est préférable d’écrire les formes féminines en toutes lettres.*
À utiliser
Les professeures et les professeurs doivent élaborer un plan de cours.
Plutôt que
Les professeur(e)s embauché(e)s; les candidat/e/s retenu/e/s; les directeur.trice.s.
* L’utilisation du « e » entre parenthèses pour exprimer le féminin est recommandée seulement dans les formulaires.
Au singulier, les noms sont reliés par la conjonction « ou ».
Ex. : Une étudiante ou un étudiant.
Au pluriel, les noms sont reliés par la conjonction « et ».
Ex. : Les enseignants et enseignantes.
Selon le contexte, l’ordre du féminin et du masculin peut varier.
2. Lorsqu’on utilise un terme épicène (à double genre), on ne le répète pas.
Ex. : Le ou la bibliothécaire dirigera l’atelier.
3. Au singulier, on écrit les déterminants (articles, adjectifs démonstratifs, etc.) dans les deux genres.
Ex. : Cette étudiante ou cet étudiant.
Le ou la responsable du service.
4. Au pluriel, si les déterminants ont la même forme dans les deux genres, on peut ou non les répéter.
Ex. : Ces conseillères et conseillers.
Les candidats et les candidates.
5. Au pluriel, si les déterminants ont des formes différentes dans les deux genres, l’accord se fait en genre et en nombre avec le nom le plus proche.
Ex : Certains étudiants et étudiantes. Ici Certains est au masculin parce que le premier mot suivant est au masculin.
Toutes les finissantes et finissants. Ici au contraire Toutes est au féminin parce que le mot suivant est au féminin.
6. Autant que possible, on évite de répéter des adjectifs et des articles. On accorde alors l’adjectif avec le masculin et on s’assure de le placer près du masculin surtout si son accord varie.
Ex. : L’étudiante ou l’étudiant inscrit.
De nombreux étudiants et étudiantes.
ATTENTION : Au singulier, si l’adjectif ou le participe qui précède le nom change selon le genre, on doit le répéter.
Ex. : La nouvelle étudiante ou le nouvel étudiant inscrit.
7. Si on a déjà utilisé les formes des deux genres, on peut ensuite utiliser un pronom au masculin pluriel.
Le masculin pluriel demeure le genre commun en français. Ici, on souligne la présence féminine, mais on évite d’alourdir le texte qui suit.
Ex. : Les candidates et candidats devront remettre leur curriculum vitae avant le 25 mars. Nous communiquerons avec eux dans la semaine qui suit pour les aviser s’ils ont été choisis pour passer l’entrevue.
8. On écrit les expressions composées au complet ou non dans les deux genres.
Ex. : La chargée de cours ou le chargé de cours postule…
La chargée ou le chargé de cours postule…
9. Voici diverses façons de remplacer un terme de désignation.
a) Par le nom de la fonction :
À utiliser
Assumer les responsabilités de tutorat.
Plutôt que
Assumer les responsabilités de tuteur ou de tutrice.
b) Par le nom de l’unité administrative :
À utiliser
Le service informatique offre un appui technique.
Plutôt que
L’informaticien ou l’informaticienne offre un appui technique.
c) Par un terme générique :
À utiliser
La réunion d’information pour le personnel aura lieu demain.
(Voir la fin du document pour d’autres suggestions de termes génériques)
Plutôt que
La réunion d’information pour les employés et les employées aura lieu demain.
d) Par un adjectif indéfini :
À utiliser
On demande la collaboration de chaque membre.
Plutôt que
On demande la collaboration de chacun et de chacune des membres.
e) Par un pronom indéfini seul :
À utiliser
Les étudiantes et étudiants ont été convoqués à une réunion. Plusieurs y ont assisté.
Plutôt que
Les étudiantes et étudiants ont été convoqués à une réunion. Plusieurs étudiants et étudiantes y ont assisté.
f) Par un pronom relatif épicène :
À utiliser
L’étudiant ou l’étudiante pour qui la demande est faite.
Plutôt que
L’étudiant ou l’étudiante pour lequel ou pour laquelle la demande est faite.
g) Par un pronom personnel :
À utiliser
Les travaux des étudiants et des étudiantes leur seront remis demain.
Plutôt que
Les travaux des étudiants et des étudiantes seront remis à ces derniers et à ces dernières demain.
h) Par un élément épicène pluriel de la même catégorie :
À utiliser
Les responsables s’occuperont d’organiser la rencontre.
Plutôt que
Le ou la responsable s’occupera d’organiser la rencontre.
i) Par une autre désignation :
À utiliser
en tenant compte du programme choisi.
Plutôt que
en tenant compte du programme de l’étudiant ou de l’étudiante.
10. Voici diverses façons de remplacer un terme de désignation et un autre élément.
a) Par un nom qui leur correspond :
À utiliser
Un étudiant ou une étudiante assumera la présidence. L’assemblée procédera à sa nomination…
Plutôt que
Un étudiant ou une étudiante assumera la présidence. Elle ou il sera nommé…
b) Par un adjectif possessif suivi d’un nom :
À utiliser
…en cas d’absence de la professeures ou du professeur. Si son absence se prolongeait…
Plutôt que
…en cas d’absence de la professeure ou du professeur. Si l’absence de celle-ci ou de celui-ci se prolongeait…
c) Par une tournure impersonnelle :
À utiliser
Si l’étudiant ou l’étudiante le souhaite, il lui est possible de soumettre une demande pour faire changer sa note.
Il est possible de soumettre une demande pour faire changer sa note.
Plutôt que
Si l’étudiante ou l’étudiante le souhaite, il ou elle peut soumettre une demande pour faire changer sa note.
d) Par un nom :
À utiliser
En cas d’insatisfaction de l’étudiant ou de l’étudiante par rapport à sa note…
Plutôt que
Si l’étudiant ou l’étudiante n’est pas satisfait ou satisfaite de sa note…
e) Par un verbe à l’infinitif :
À utiliser
Un étudiant ou une étudiante pourra changer de groupe sans encourir de frais.
Plutôt que
Un étudiant ou une étudiante pourra changer de groupe sans qu’il ou elle ait à débourser des frais.
f) Par un adverbe ou une autre expression invariable :
À utiliser
L’étudiante ou l’étudiant peut demander un changement de note et, le cas échéant, on l’avisera de la décision.
Plutôt que
L’étudiant ou l’étudiante peut demander un changement de note et, si elle ou il le fait, on l’avisera de la décision.
11. On peut remplacer la voix passive par la voix active.
À utiliser
Chers et chères collègues, nous vous convoquons, par la présente, à la réunion…
Plutôt que
Chers et chères collègues, vous êtes convoqués et convoquées, par la présente, à une réunion…
Voici d’autres suggestions de termes génériques utiles pour l’Université :
La clientèle étudiante
Le corps professoral
L’administration
La direction
Le métier infirmier
La profession infirmière

Service de perfectionnement linguistique de l’Université Saint Boniface, CANADA.
Mise à jour : avril 2014

SOURCE Guide de rédaction épicène

Vous avez aimé cet Article ? Vous aimerez aussi :
Automne en Normandie, c’est masculin féminin permis !
Bonjour Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, ou quoi que ce soit qui vous convienne comme appellation, C'est beau l'automne en Normandie. Je l'ai sous les yeux à l'instant même et c'est très... normand. Mais c'est beau... Chaque année, un très bon festival culturel a lieu en Haute-Normandie qui s'appelle judicieusement "Automne en Normandie". Il remplace "Octobre en Normandie" depuis qu'il dépasse largement sur novembre. Pas cons ces normands. Cette année, le thème est: Masculin/féminin.  Ca interpelle, non ? Dans l'édito du président, on lit ceci: "Ce ...
LIRE L'ARTICLE >>
Les hommes japonais découvrent leur côté féminin
Le Japon, c'est une culture qui célèbre le bushido, ou la voie du guerrier, un endroit où les hommes sont des hommes, des soldats, des sumo et des samouraïs. Mais aujourd'hui, de plus en plus d'hommes japonais cultivent leur côté féminin, avec une explosion des ventes de produits de beauté masculins ainsi que des jupes et des robes conçues spécialement pour les hommes. Les activités de travestissement deviennent de plus en plus commerciales dans une société qui était jusqu'à présent très rigide ...
LIRE L'ARTICLE >>
Pour que “Psychologies Magazine” respecte les droits des transexuels
Psychologies Magazine du mois de mars a publié un article extrêmement transphobe dans son numéro du mois de mars 2014 Madame Claude Halmos, psy de son état, fait partie de ces professionnels de santé qui font un mal fou aux personnes transidentitaires, surtout aux enfants, au travers d'une prise de position transphobe lorsque ceux-ci lui sont amenés pour qu'il les aide. Psychologies Magazine n'hésite pas un instant à rapporter ses propos, sans discernement, propageant encore plus la parole transphobe de ce ...
LIRE L'ARTICLE >>
Choisir un prénom féminin (si ce n’est pas déjà fait … ou en changer)
Comme le dit ce vielle adage, « Ce qui n'a pas de nom, n’existe pas… » ! Ainsi lorsque votre féminité évolue, notamment du travesti pulsionnel à la travestie assumée voir transgenre, un besoin irrésistible apparait : celui de symboliser cette existence toute nouvelle par un joli prénom qui vous va si bien. Le prénom, c'est un reflet extérieur qui donne aux autres une idée de notre moi intérieur quand on se présente à eux. Et puis dans l'inconscient collectif, certains traits ...
LIRE L'ARTICLE >>
Yannick Barbe quitte Yagg pour la direction de la rédaction de Têtu
EDIT (22/03/2013) : Julien Massillon fait partie de l'équipe Yagg depuis maintenant plusieurs mois. Yannick Barbe, co-Rédacteur en chef avec Judith Silberfeld de Yagg, arrive chez Têtu en tant que Rédacteur en chef. Yannick Barbe, co-fondateur de Yagg, devient directeur de la rédaction de «Têtu» C'est avec une grande joie, une immense fierté et un petit pincement au cœur que nous voyons Yannick quitter la rédaction en chef de Yagg. Yannick Barbe, Judith Silberfeld, Christophe Martet et Xavier Héraud avaient tous quatre fondé Yagg ...
LIRE L'ARTICLE >>
Se Travestir – Comment rendre votre visage plus féminin et améliorer votre «passing» ?
Bien qu’il soit dorénavant communément admis que le genre est une construction sociale, il n’en reste pas moins que l’évolution nous a doté de quelques aptitudes à détecter très rapidement si une personne est une femme ou un homme – au sens mâle ou femelle - juste en regardant son visage (il y a notamment des études sur les primates à ce sujet). Ce billet tente de passer en revue les caractéristiques du visage qui nous permettent de classifier aussi rapidement ...
LIRE L'ARTICLE >>
Le sexe fort, c’est le sexe féminin !
Le sexe fort, c'est le sexe féminin ! Voilà une affirmation fort polémique qui nécessite quelques explications ... Il existe un phénomène génétiquement intéressant dans certaines régions de République dominicaine qui est très révélateur de l'évolution des identités sexuelles. Les Guevedoces sont des enfants nés apparemment femmes et qui plus tard (autour de la puberté) commencent à développer des caractéristiques mâles. Littéralement, guevedoces est un mot qui veut dire "testicules à douze ans". Les guevedoces ont des chromosomes XY, mais à cause ...
LIRE L'ARTICLE >>
Les secrets du langage corporel féminin
Bonjour, les Tgirls ! Notre sujet brûlant de cette fin de semaine porte sur le langage corporel féminin. Ce langage corporel a une très forte influence sur votre Passing car c'est une grande partie de l'image féminine que vous renvoyez. Pour rappel, le langage du corps se compose essentiellement : de la posture, des gestes, des expressions faciales, et du contact avec les yeux. 1 - La Posture Je vais vous présenter les trois plus grandes différences entre la façon dont les hommes et les femmes se tiennent. 1.1. ...
LIRE L'ARTICLE >>
En 2034, l’homme moderne est féminin !
Jour de la Sainte Julie, fille qui eu ses seins coupés mais donna la vie à deux sources miraculeuses, j'ai fait un rêve que je dois partager avec vous mes ami-e-s. J'ai rêvé de ce que sera la vie pour nous les filles dans 20 ans, pour la Sainte Julie en 2034. Après tout, je n'aurais que 66 ans :) ... D'abord il sera tout à fait naturel pour les hommes de s'habiller comme ils veulent. Tout comme il est accepté pour ...
LIRE L'ARTICLE >>
Premier courrier à mon prénom féminin
J’ai reçu un courrier ou plus précisément une carte postale début septembre de ma sœur (pas ma biologique, celle cœur) a mon prénom féminin. Cela m’a fait un énorme plaisir et ce pour diverse raison que je ne développerais pas.Ce courrier ou cette carte postal a eu un impact sur mon mental plus important que je le pensais et dans le bon sens sur ma personne.Puis une semaine plus tard, je reçois une seconde postal à mon prénom de femme. ...
LIRE L'ARTICLE >>
Automne en Normandie, c’est masculin féminin permis !
Les hommes japonais découvrent leur côté féminin
Pour que “Psychologies Magazine” respecte les droits des transexuels
Choisir un prénom féminin (si ce n’est pas déjà fait … ou en changer)
Yannick Barbe quitte Yagg pour la direction de la rédaction de Têtu
Se Travestir – Comment rendre votre visage plus féminin et améliorer votre «passing» ?
Le sexe fort, c’est le sexe féminin !
Les secrets du langage corporel féminin
En 2034, l’homme moderne est féminin !
Premier courrier à mon prénom féminin

5 responses to Rédaction EPICENE, respecte l’équilibre masculin féminin

  1. marie a écrit le 1 février 2016

    Je m’appelle Buck… Ça rime avec fuck… :) :) :)

  2. Jacqueline a écrit le 8 février 2016

    Une belle usine à gaz…

  3. Solène a écrit le 8 février 2016

    Cela me rappelle des règles que j’appliquais de moi-même lorsque je devais parler de moi avant que je n’entame ma transition. Ne pouvant pas accorder au féminin, je tournais mes phrases de façon à ne pas avoir à définir le genre. Après quelques temps, la gymnastique se fait toute seule dans la tête.

    Maintenant, je ne m’embête plus avec ça ! 😀

  4. Lise a écrit le 8 février 2016

    Dommage que des chartes de ce type, particulièrement caricaturales, contribuent à ôter toute crédibilité à l’idée même d’une grammaire plus égalitaire, ce qui peut passer par des règles très simples – comme l’accord de proximité, le signalement des deux terminaisons possibles par un point ou un slash, le recours aux formes féminines des noms autant que possible ou encore l’usage des pronoms neutres (tel le “they” ou “ze” employé aux États-Unis), bien que ce dernier ne soit pas véritablement fixé en anglais. Il ne s’agit pas bien sûr de demander à chacun.e d’appliquer ces règles de façon contraignante, cela serait absurde, mais bien plutôt de tenir compte de leur disponibilité pour celles et ceux qui auraient envie de les employer dans leur propre écriture, car il me semble qu’elles ont un réel intérêt. Pour ma part, j’ai toujours eu tendance à penser qu’il valait mieux que les systèmes de rédaction, de grammaire et d’orthrographe prolifèrent plutôt qu’ils ne soient forcé de suivre une norme à jamais fixée – créole, “argot”, verlan, mais aussi… discours universitaire ont au fond chacun leur propres présupposés, alors pourquoi ne pas laisser à celles et ceux qui le souhaitent la possibilité d’écrire de façon plus inclusive, et peut-être de “plaire aux féministes” (contrairement à ce que suggère l’article je ne vois pas où est le crime… j’aurais plutôt tendance à considérer cela comme le gage d’une réflexion digne d’intérêt) ^^

    • Lise a écrit le 8 février 2016

      Pour les pronoms neutres, je voulais bien sûr dire qu’il ne sont pas véritablement fixés en français, et non “en anglais” où précisément le “they” ou “ze” tend à se généraliser 😉

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.

X
- Entrez votre position -
- or -