Les hormones féminines et les femmes transgenres / transsexuelles


Existrans 18 octobre 2014 - save the date !

Avertissement Important: cette page sur les hormones est fournies uniquement pour informer et ne constitue en aucun cas des conseils médicaux. Nous ne saurions être responsable de tout traitement hormonal que vous pourriez décider de suivre. Un tel traitement devrait toujours se faire sous la supervision d’un professionnel de santé qualifié : médecin traitant ou endocrinologue.


Introduction aux hormones

Tous les animaux ont des hormones. Les hormones sont des messagers chimiques qui circulent dans le sang et qui mettent en ou hors tension des fonctions du corps. Par exemple, certaines hormones ordonnent à notre cœur de battre plus vite lors d’une frayeur tandis que d’autres contrôlent le stockage des graisses. Des centaines d’hormones sont dans notre corps, portant de nombreux messages différents.

Pour les transsexuelles MtF (homme vers femme), la prise d’hormones devient une partie de leur routine quotidienne. Bien que les quantités prises puisse être réduite après une opération de réassignation, il reste nécessaire pour elles de prendre des hormones tous les jours et pour le reste de leur vie afin de rester en bonne santé.

Il faut souligner que certains des effets de l’utilisation des hormones sur le long terme sont irréversibles, du moins sans chirurgie ; les hormones ne sont donc pas quelque chose qui peut être pris à la légère ou juste pour essayer.


Les hormones ont aussi des effets secondaires sur la vie et les relations sociales dont le patient doit prendre conscience. Ces changements incluent l’impact dans les relations avec les membres de la famille, les amis et les employeurs. L’utilisation des hormones peut être un facteur important de discrimination dans l’emploi, de perte de son travail, de divorce dans le couple, de restrictions ou de perte du droit de visite pour les enfants.

Avant de prendre des hormones féminines, il est également nécessaire d’examiner attentivement plusieurs autres points importants :

► beaucoup de filles ont trop d’attentes sur les effets des hormones. Tout d’abord, pourquoi voulez-vous vraiment commencer à les prendre ? Gardez aussi à l’esprit que l’utilisation sérieuse et prolongée des hormones donnent des résultats irréversibles et permanents. Sans intention de commencer une transition, prendre des hormones pour faire “pousser les seins” est très stupide. Le développement des seins devient vite une source d’embarras pour un homme et ils ne diminueront pas de façon significative après l’arrêt des hormones, obligeant une intervention chirurgicale d’ablation (gynécomastie).

► il y a des risques médicaux à l’utilisation prolongée des hormones bien que des études récentes semblent montrer que ces risques pourraient être moins important qu’on ne le pensait. Ainsi, les femmes MtF opérées ne semblent pas avoir plus de risque de contracter le cancer du sein qu’une femme génétique sous THS (THS pour Traitement Hormonal Substitutif).

► il y a des coûts considérables associés au traitement hormonal, en particulier les hormones “naturelles”, préférables aux moins couteuses “synthétiques” qui sont considérées comme ayant un risque plus élevé d’effets secondaires et de complications. Il est possible en France d’obtenir l’ALD pour une prise en charge de ces coûts.

► Enfin, il est nécessaire d’être réaliste sur ce que les hormones féminines peuvent faire, car ce ne sont pas une potion magique. Aussi, les effets prennent beaucoup de temps à apparaitre; comptez au moins deux à trois ans avant que les effets maximaux soient atteints.

Types d’hormones

Les oestrogènes sont l’hormone la plus importante prise par des femmes transgenres.

Les oestrogènes sont des hormones féminines “stéroïdes” produites en grandes quantités par les ovaires des femmes mais elles sont également produites en petites quantités par les testicules des hommes.

Pendant la puberté chez une fille, ce sont les oestrogènes qui sont responsables du développement des caractères sexuels secondaires féminins tels que l’élargissement du sein, l’élargissement du bassin et des dépôts de graisse autour des hanches. Chez une femme sexuellement mature avec des organes reproducteurs féminins les oestrogènes participent au cycle menstruel mensuel qui prépare le corps pour une éventuelle grossesse, et ils participent également à la grossesse si elle se produit.

Les œstrogènes ont également plusieurs autres effets en dehors de la reproduction : ce sont des toniques mentaux et ont des effets antidépresseurs, ils antagonisent les effets de l’hormone parathyroïdienne, en minimisant la perte de calcium des os et contribuant ainsi à maintenir des os solides, et ils favorisent la coagulation du sang et peuvent réduire le risque de maladie cardiaque.

En ce qui concerne les produits biochimiques spécifiques contenues dans les préparations hormonales à base d’oestrogènes, il existe trois grandes familles : oestrogènes équins, à partir de l’urine de juments, l’oestradiol, synthèse d’oestrogènes de légumes (igname ou soja) et phyto-oestrogène, à partir de plantes.

Pour l’hormonothérapie deux oestrogènes naturels et synthétiques sont disponibles dans le commerce. Les oestrogènes synthétiques sont généralement moins chers mais plus susceptibles aux effets secondaires que sont les oestrogènes naturels. Les produits à base de phyto-oestrogènes sont disponibles dans les magasins d’aliments naturels, mais ne sont pas soumises à autorisation, et sont généralement très inefficaces du fait de leur très faible dose – les promotions des fabricants de ces produits doivent être traitées avec un grand scepticisme.

La plupart des préparations qui sont autorisées pour une utilisation traitement hormonal ne sont disponibles que sur ordonnance d’un médecin.

La progestérone est un autre stéroïde “hormone féminine». Elle est sécrétée par le corps jaune et par le placenta et est chargée de préparer le corps pour la grossesse et, en cas de grossesse, de le maintenir jusqu’à la naissance. La progestérone est très importante pendant la grossesse et les femmes enceintes ont beaucoup de progestérone, ce qui aide leur corps à soutenir le développement du bébé. Il est également connu que la progestérone a un effet sur le cerveau, où elle agit comme un anesthésique doux.

Il y a un débat quant à savoir si les femmes transsexuelles ont besoin de progestérone, étant donné qu’elles n’ont pas d’utérus (la réduction du risque de cancer de l’utérus est généralement la principale raison pour inclure la progestérone dans la THS chez les femmes). Cependant, il semble maintenant probable que, en dehors de son effet évident sur l’utérus, la progestérone a de nombreux effets sur d’autres tissus du corps.

La progestérone administrée avec de l’oestrogène semble aider à promouvoir la croissance des seins: les œstrogènes stimulent la mitose cellulaire et la croissance du système canalaire, tandis que le développement et la différenciation lobulaire semble être dépendante de la progestérone. La progestérone systématiquement administrée avec de l’oestrogène semble également réduire le risque de fibrose, les kystes, et le cancer du sein.

II est possible de trouver des progestatifs de synthèse (produits chimiques qui ont les même actions que la progestérone ). Mais le non synthétique, la progestérone (par opposition à un progestatif) est très rarement critiqué pour avoir un effet défavorable, et semble offrir un équilibre plus sain lors d’un dosage d’œstrogènes agressif chez les femmes pré-op, ainsi que l’amélioration de la libido et de l’ensemble du niveau d’énergie.

Le principal androgène (hormone sexuelle mâle) est la testostérone. Cette hormone stéroïde est produite en grande partie par les interstitiels (Leydig), les cellules des testicules et donc les hommes ont beaucoup plus de testostérone que les femmes. La testostérone est l’une des hormones qui rendent les hommes d’un aspect différent de femmes, la sécrétion de testostérone augmente fortement au début de la puberté d’un garçon et c’est le responsable du développement des caractères sexuels secondaires masculins tels que la barbe, la pilosité et la voix grave. La testostérone est également essentielle pour la production de spermatozoïdes par les hommes.

L’un des effets bien connus de la testostérone est qu’il stimule la croissance musculaire. Pour cette raison, certains athlètes et les culturistes (à la fois homme et femme) prennent de la testostérone ou des médicaments similaires, appelés «stéroïdes anabolisants», pour les aider à construire de plus grands muscles, plus encombrants. Cependant, ces médicaments ont d’autres effets secondaires dangereux, et leur utilisation est illégale.

Aussi dans une transition il est hautement souhaitable de bloquer les effets des androgènes masculinisant (y compris ceux de la glande surrénale, et pas seulement les testicules), ceux-ci peuvent être efficacement combattus avec un anti-androgène” ou “anti-hormones” masculines. En France l’androcur et la finastéride sont généralement recommandées.  L’anti-androgène semble plus important pour les femmes transgenres de plus de 25 ans et n’est plus utile après l’opération de réassignation.

Les gonades (ovaires chez les femmes et les testicules chez l’homme) sont les organes reproducteurs qui produisent des ovules et du sperme, les cellules qui se rejoignent pour former un embryon qui se développe en un bébé.

Les testicules produisent de la testostérone tandis que les ovaires produisent des oestrogènes un mélange d’estradiol, qui est le plus abondant (et la plus puissante). Ces hormones sont nécessaires pour la croissance des ovules et du sperme, mais en plus, ils sont responsables de la mise au point d’un grand nombre des caractéristiques qui rendent les hommes et les femmes différents d’aspect – les soi-disant caractères sexuels secondaires.

Chez la femme transsexuelle l’ablation chirurgicale des testicules soit lors d’une chirurgie de réassignation ou par une orchidectomie bilatérale (castration) est hautement souhaitable en raison des effets de virilisation de la testostérone qu’ils produisent. Sans les testicules, non seulement des doses plus faibles d’hormones féminines peuvent être administrée, mais elles ne seront pas annihilées par la testostérone, ce qui aura souvent un effet plus féminisant sur le corps.

La puberté est largement initié et contrôlé par les hormones sexuelles.

La puberté peut être défini comme les développements biologiques qui modifient les garçons et les filles de l’immaturité à la maturité physique biologique ; et la plupart des différenciations de l’apparence et de la forme du corps entre les hommes et les femmes se produisent ou se développent davantage pendant la puberté.

Malheureusement pour une MtF, une puberté masculine inappropriée établit une barrière physique qui ne pourra jamais être pleinement conquise, ni par le traitement hormonal, ni par d’autres interventions comme la chirurgie.

Effets du traitement hormonal

Un post-puberté MtF qui commence un traitement hormonal féminin va déclencher des aspects féminins comme si il commençait une seconde puberté.

En général, l’augmentation des niveaux sanguins d’œstrogènes et de progestérone provenant du traitement hormonal féminin va stimuler et promouvoir le développement de caractères sexuels féminins dits secondaires : la poitrine, la distribution des graisses, les poils pubiens, …).

La forme du corps est contrôlé par les œstrogènes de sorte que leur présence stimule le développement d’une forme de corps féminin, plus proches des normes féminine en terme de proportions.

Les effets du traitement hormonal féminin varie considérablement selon les individus, et peut prendre 2 à 5 ans pour les résultats définitifs. Afin de maximiser les effets physiques et les avantages, le traitement hormonal doit être commencé aussi jeune que possible, avant que le corps n’ai complètement mûri et ne peut plus se développer en réponse à des stimuli. Aussi la féminisation maximale est atteinte si le traitement hormonal commence avant la puberté masculine.

Si les testicules ont été enlevés dans l’enfance ou la petite enfance (généralement parce que l’enfant a été identifié comme intersexué et un sexe féminin a été convenu avec les parents), l’hormonothérapie est généralement débuté vers l’âge de 10 ans afin d’initier une puberté féminine. Malheureusement, bien sûr, cette situation idéale est très rare – la trans-femme “occidental” a en général 30 ans lorsqu’elle commence son traitement hormonal.

Si une puberté masculine a déjà eu lieu, les traitements hormonaux féminins entraîneront une réduction des niveaux d’androgènes “masculins” comme la testostérone et cela aura peu d’effet sur la plupart des caractères sexuels secondaires masculins déjà développé comme la voix grave, la pilosité faciale, le bassin étroit, …

Plus la puberté masculine sera avancée (elle se termine généralement avant 18 ans) moins l’hormonothérapie féminine sera efficace – mais ce n’est pas une échelle linéaire, les effets queue-off rapidement que le temps écoulé depuis la puberté augmente.

Par exemple, une femme qui commence les hormones à 20 ans peut avoir un fort développement des seins et un arrêt presque total de la pilosité faciale. La même femme qui commence le traitement à 30 ans obtiendra un développement des seins beaucoup moins important et seulement une légère réduction de la pilosité faciale, alors que si elle commence à 40 ans les effets seront encore présent mais pas de manière très significative.

En complément d’information, voici un tableau qui montre les effets du traitement hormonal féminin commencé après la puberté masculine terminée (c’est à dire après environ 17 ans).

Maintenir la Libido

La prise de fortes doses d’hormones féminines par un homme réduit inévitablement la force physique et la «puissance» sexuelle ou libido. C’est la prise de certains produits comme le progestatif androcur qui entraine très rapidement la suppression de toute libido masculine ainsi qu’une absence de tout désir sexuel pendant une période plus ou moins longue.

Toutefois, une proportion assez importante de transgenres souhaitent préserver leur capacité à avoir une érection, des rapports sexuels et une éjaculation, tout en continuant à féminiser leur corps.

Il s’agit plutôt d’une contradiction médicale, mais des essais avec différents traitements hormonaux peuvent éventuellement parvenir à un équilibre, notamment en réduisant voir en supprimant des produits comme la progesterone et certains médecins ont commencé à se spécialiser dans ce domaine.

Poids, perte musculaire et redistribution de la graisse

Les effets très visibles associés à l’utilisation prolongée des hormones féminines par une MtF sont des changements concernant la répartition de la graisse et des muscles – et donc à son apparence physique.

Différentes études montrent des changements profonds dans la répartition des graisses et de poids observées chez les transsexuels MtF parfois 12 mois seulement après le début de la prise d’hormones. Une augmentation marquée des dépôts de graisse sous-cutanée a été observée, atteignant presque les normes du sexe féminin dans les bras, l’abdomen, les hanches, les cuisses, etc.

Il est également devenu évident que les femmes transsexuelles perdent de la masse musculaire, en particulier au niveau de la cuisse où un dépôt de graisse sous-cutanée s’accumule, caractéristique typiquement féminine.

Comme pour les hormones, un médecin peut être en mesure de recommander d’autres médicaments pour aider à la redistribution des graisses et le contrôle du poids. Un de ces médicaments est la metformine, normalement associée au diabète, il est maintenant aussi considérée utile pour aider et améliorer la redistribution des graisses corporelles (y compris des membres et du visage) des femmes transsexuelles qui prennent de l’oestrogène.

Malgré une perte de plusieurs kilos de masse musculaire, les adultes MtF transsexuelles ont tendance à prendre du poids après le début des hormones – ce qu’on appelle “la graisse de reproduction”. Un gain global de 4-5kg semble typique – le plus grand dépôt de graisse se produit sur les hanches et les cuisses, avec un gain typique de 4-5 cm de taille pour la hanche. Bien qu’il existe des gisements beaucoup plus petites sur l’abdomen, ce qui peut encore se traduire par un 2-3 cm d’augmentation du tour de taille – avec malheureusement aucune amélioration du ratio taille-hanche, une caractéristique physique inconsciemment observé et associée à la femme.

Le problème pour la plupart des femmes transgenres, c’est que leur squelette sous-jacent de type mâle a une forme différente de la femme génétique, et donc le résultat du dépôts de graisse ne donnera pas toujours lieu à une forme féminine typique de type sablier ou même en forme de poire. Certains transgenres tentent de compenser ce problème fondamental en augmentant la taille de leurs hanches et leurs fesses avec des implants ou des injections de silicone ou du remodelage de corps par liposuccion.

La tendance des transgenres hormonés à prendre du poids est mieux contré par de l’exercice et le suivi d’un régime approprié.

L’exercice physique doit mettre l’accent sur brûler des calories et tonifier plutôt que de viser à maintenir, voire à augmenter la force physique. Des sessions quotidiennes d’aérobic, de la natation ou du vélo sont des activitées appropriées. Heureusement, une fois perdue, il est presque impossible pour une femme transsexuelle de retrouver des muscles de type “mâle”.

Après la transition MTF la plupart des femmes réduisent fortement leur consommation d’énergie – peut être d’un bon tiers. Compte tenu de la difficulté de suivre un régime sur le long terme, le succès des femmes transsexuelles pourraient être un domaine d’étude intéressant

Après peut-être une période initiale de restriction rigoureuse, un régime alimentaire adapté signifie vraiment un changement permanent des habitudes alimentaires, le but est simplement d’adopter une alimentation saine et équilibrée qui est relativement faible en gras en se limitant à 2000 calories par jour. Éviter les excès consistant à suivre un régime en permanence qui devient un trouble de l’alimentation qui peut conduire à la malnutrition et à l’ostéoporose. Cette triade peut entraîner une perte osseuse irréversible, des troubles psychologiques et la mort.

L’objectif final doit être un poids proche d’une femme de votre taille – il est cependant nécessaire d’accepter que la plupart des femmes transgenres sont physiquement plus lourdement bâti et donc plus lourde que les femmes génétiques de la même hauteur.

Attractivité

Les femmes avec des niveaux élevés d’oestrogène ont tendance à bénéficier d’un aspect visuel du visage plus attractif : des lèvres pulpeuses, une peau plus saine, moins de poils indésirables sur le visage, etc. Cependant, il est possible d’atteindre la même attractivité avec un entretien régulier du visage et un maquillage bien réalisé.

Pas de miracles

Les changements visibles dans l’apparence physique résultant d’un traitement hormonal féminin peuvent varier de façon spectaculaire, d’un franc succès à un résultat plutôt décevant. Toutefois, il est important de se rappeler les limitations des hormones – elles ne peuvent pas changer le squelette, elles ne peuvent pas inverser le vieillissement.

Par exemple, le bassin d’une femme adulte de corpulence moyenne est significativement différente de celle d’un homme adulte de même corpulence – avec des effets qui vont de la démarche à l’apparence général dans un string – et ceux-ci ne peuvent être surmontés par des hormones, ou même avec des mesures drastiques dangereuses telles que les injections de silicones.

Les hormones peuvent grandement faciliter la transition d’un jeune homme de petite taille et léger à une femme tout à fait passable, mais les hormones (ni rien d’autre) ne peuvent pas transformer un grand, robuste, solidement bâti, homme chauve en une jolie jeune fille. Un tel homme aura toujours des difficultés à réussir avec succès sa transition en tant que femme.

Modes de prise

oestrogènes

Les oestrogènes peuvent être pris sous forme de pilules, d’injection, ou de timbre transdermique (photo).

Il y a cinq façons de prendre des hormones:
- orale (comprimé)
- transdermique (timbre transdermique ou crème / gel)
- implant (granulés inséré sous la peau)
- injection (par exemple la testostérone intramusculaire)
- par voie vaginale (crème ou comprimés)

Les doses fournies par les timbres cutanés sont inférieurs à ceux des comprimés, car l’absorption cutanée n’implique pas que l’hormone passe par le foie (où une quantité importante d’une hormone administrée par voie orale sera métabolisée et perdues). Donc, vous ne pouvez pas comparer directement les chiffres de dosage sur les paquets des deux types de préparation.

La voie vaginale pour les oestrogènes est utilisée pour traiter de symptômes locaux, à savoir la sécheresse vaginale, et non comme une source principale du traitement hormonal substitutif. Il est utilisé également pour aider à la dilatation post-SRS des femmes transsexuelles.

Produits d’hormonothérapie

Il existe beaucoup de produits hormonaux sur le marché et trouver ceux qui vous conviennent peut être difficile. Cette recherche doit se faire dans le cadre d’un protocole établi par un endocrinologue ! Ce qui convient à une personne ne conviendra pas à un autre. N’utilisez ni les produits ni les dosages d’une autre personne ! Nous ne donnons volontairement aucune référence de produits.

Dosage hormonal pour les femmes transgenres et transsexuelles

Le dosage des produits hormonaux doit être déterminé dans le cadre d’un protocole établi par un endocrinologue ! Ce qui convient à une personne ne conviendra pas à un autre. N’utilisez ni les produits ni les dosages d’une autre personne ! Nous ne donnons volontairement aucun dosage de produits.

Traitement après une réassignation (SRS)

Lorsque les testicules sont enlevés (orchidectomie, gonadectomie) au cours d’une opération chirurgicale de réassignation (SRS)  ou lorsque une orchidectomie bilatérale (également connu sous le nom gonadectomie) est effectuée, il est nécessaire de mettre en place immédiatement une thérapie à long terme de traitement hormonal substitutif (THS) afin de prévenir les symptômes de la ménopause et de protéger le squelette de l’ostéoporose.

La personne opérée doit absolument suivre les conseils de son médecin après la SRS et trouver avec lui le bon dosage, question d’équilibre entre le soulagement des symptômes (bouffées de chaleur, troubles de l’humeur, etc) et la protection contre certaines risques (ostéoporose, protection cardiovasculaire, protection contre le cancer du sein) qui sont souvent associés à des dosages plus élevées.

Risques potentiels et Effets secondaires

La prise d’hormones féminines est associée à des risques qui peuvent dans les cas extrêmes mettre votre vie en danger.

L’administration d’hormones ne doit pas être entrepris à la légère en raison des risques médicaux et sociaux : tabagisme, obésité, âge avancé, maladies cardiaques, hypertension, anomalies de coagulation, malignité ; certaines anomalies endocriniennes peuvent augmenter les effets secondaires et les risques pour un traitement hormonal. Par conséquent, certains patients peuvent aller jusqu’à être incapables de tolérer les hormones féminines. Ce rapport bénéfice/risque doit donc être considéré conjointement entre le patient et le médecin prescripteur.

Lorsque l’on considère l’utilisation d’hormones féminines, les contre-indications absolues et relatives (conditions indésirables) doivent être pris en considération.

Les contre-indications absolues qui devraient empêcher le début du traitement hormonal féminin comprennent : thrombophlébite ou des troubles thromboemboliques, cérébro-vasculaire ou maladie coronarienne, saignement génital anormal inexpliqué, tumeur du foie bénigne ou maligne.

Les contre-indications relatives qui augmentent le risque de développer des complications comprennent : être âgé de plus de 45 ans, diabète, hypertension, tabagisme, maladie de la vésicule biliaire, cholestase gravidique, maladie rénale, insuffisance hépatique, hyperlipidémie.

Pendant le traitement hormonal féminin, le développement de l’une des conditions suivantes doit nécessité l’avis immédiat d’un médecin : tension artérielle élevée, tumeur du foie bénigne, hépatite, embolie pulmonaire, thrombophlébite, maladie de la vésicule biliaire, cancer du sein ou autre néoplasie estrogéno-dépendantes.

Comme pour tout médicament si vous remarquez des changements inexpliqués dans votre santé en informer immédiatement votre médecin. La femme doit signaler à son médecin immédiatement la survenue de nausées, de vomissements, de saignements anormaux, de crampes dans les jambes, de rétention d’eau, de maux de tête, de vertiges ou étourdissements. Le tabagisme est connu pour augmenter le risque d’effets secondaires avec des œstrogènes synthétiques, ce qui peut également se produire avec de l’œstrogène naturel.

Les risques de développer des complications peuvent être considérablement réduits par un mode de vie sain, par exemple: ne fumez pas ou passez à la cigarette électronique, buvez de l’alcool avec modération, mangez sainement, buvez beaucoup d’eau, faites de l’exercice régulièrement, évitez des niveaux de stress élevés, prenez le dosage des hormones minimum nécessaire pour atteindre / maintenir leurs avantages, n’abusez pas de drogues.

Risques à long terme

Il existe peu d’études récentes et directes sur les risques auxquels les femmes transsexuelles font face en raison de la prise d’oestrogène à long terme et de l’hormonothérapie à base de progestérone. Des hypothèses assez pessimistes ont été généralement envisagées, mais ce point de vue est entrain de changer lentement avec de nouvelles études plus pertinentes.

L’avis médical généralisé est que les niveaux très élevés de l’hormonothérapie nécessaire chez une femme pré-SRS qui n’a pas eu une orchidectomie sera inévitablement associé à des risques de santé à long terme – plus de deux ans – et que ces risques augmentent avec l’âge du patient (surtout si plus de 40).

La SRS ou l’orchidectomie permettent une réduction radicale de la consommation d’hormones ; en effet le régime de l’endocrinologie et de l’hormone de post-SRS femmes est très similaire à la post-ménopause des femmes sous THS. Mais les femmes transsexuelles ayant eu une SRS à un âge précoce ont eu à suivre un THS pendant une période beaucoup plus longue de leur vie que la plupart des femmes génétiques ; des effets secondaires encore inconnus pourraient émerger.

En plus des effets féminisation primaires, il semble maintenant que à long terme la prise d’oestrogène peut effectivement avoir certains avantages pour le corps. Des recherches sur les femmes transsexuelles indique que l’oestrogène à long terme basée sur le traitement hormonal substitutif (THS) protège les femmes contre la maladie cardiaque, mais augmente légèrement le risque de cancer du sein, tandis que d’autres recherches suggèrent un risque plus faible de cancer du sein que les femmes génétiques parce que le développement des seins est démarré plus tard dans la vie.

Autre effet probable, la THS ferait diminuer le risque de fracture de la hanche, une conséquence de l’ostéoporose, mais augmenterait le risque de crises cardiaques et de cancer du sein.

Obtention des médicaments sans ordonnance

La plupart des pays exigent une prescription avant de vendre des hormones féminines et des anti-androgènes. Toutefois, les importations de médicaments sans ordonnance sont en réalité tout à fait légal dans la plupart des pays y compris le Royaume-Uni, les États-Unis, la France, l’Espagne, Hong Kong, le Japon, la Corée du Sud et l’Inde, à condition que le médicament soit à usage personnel et qu’il ne soit pas une substance prohibée ou contrôlée – les hormones et anti-androgènes utilisés par les femmes transsexuelles ne le sont pas.

Ceci étant dit, vos achats doivent se faire dans le cadre d’un protocole établi par un médecin praticien et avec les dosages recommandés, ce qui vous permettra un remboursement par la sécurité sociale dans le cadre de l’ALD ; nous vous déconseillons vivement tout achat sur internet de produits dont vous aurez du mal à contrôler la qualité et le dosage.

(librement traduit de l’anglais et complété par Julie)

NB : si vous souhaitez faire des remarques, des compléments, des corrections sur ce document important, n’hésitez pas à nous contacter pour nous soumettre toutes vos modifications ou à utiliser la zone commentaires de ce billet.

Lire aussi notre article de vulgarisation résumant les éléments clés des hormones.